Posted on 29 janvier 2011 in Internet | 22 comments

Publicité mensongère : "Amen, keep it simple!"

Dans la série de  l’hébergement de sites web, passons maintenant à une petite revue de quelques hébergeurs.

Je ne puis résister au besoin de vous partager ma colère contre l’hébergeur Amen.

Il y a deux semaines, une cliente m’a chargée de passer à niveau son blog sous WordPress qui en était encore à la version … 2.6. Si, ça existe encore :).  Ma cliente travaille beaucoup, elle n’a ni le temps ni les compétences pour s’en occuper. Puis c’était l’occasion de relooker son site. Lorsque j’accède à son espace client chez Amen, une sale surprise : rien n’est à jour. Son hébergement est en PHP 4, en MySQL 4, et WordPress en 2.6. Or pour faire fonctionner WordPress il faut PHP 5 et MYSQL 5. Et on en est à 3.0.4 pour WP. Vous me lisez et ça ne vous fait pas encore sursauter. Car vous vous dites peut être un peu distraitement que peut être ma cliente n’a pas bien configuré son blog ni mis à jour. Pas du tout! Elle l’a acheté en juin 2010.

En juin 2010 donc, Amen n’offrait à ses clients qu’un WordPress par défaut qui date de deux ans et de toutes aussi vielles versions du langage PHP et SQL pour le langage dynamique et les bases de donnés dont a besoin tout site dynamique, quel que soit le CMS utilisé.  Et ça ne s’arrête pas là. Ma cliente, appelons-la Suzanne, est une propriétaire lambda en matière de site web. Elle veut un blog pour son activité professionnelle, elle se prend un hébergeur, et elle clique sur ce que proprose Amen. Ben oui, normal, « Suzanne » est toute contente de sa décision et elle a confiance. Lorsqu’elle se connecte dans son espace clients, Suzanne suit la navigation proposée car elle découvre seulement à ce moment-là l’univers de hébergement web. Mais la navigation proposée va évidemment dans le sens d’une installation automatique de WordPress, comme chez bien d’autres hébergeurs d’ailleurs.  Je ne puis pas vous dire si elle avait d’autres choix.

Je dois mettre à jour son WordPress. Oui mais ce n’était pas possible et compliqué. L’interface chez Amen est lapidaire. Autant vous dire que j’ai tourné en boucle dans les possibilités de modifier quoi que ce soit. Quasi le néant. Je fais part de mes découvertes à Suzanne, lui fait le topo sur son adorable hébergement qu’elle paie cher pour un service qui ne lui rend aucun service. Nous décidons de migrer ailleurs. De Amen à PhpNux. Pourquoi ? Parce que c’est fiable, parce que ma cliente est néophyte et a donc surtout besoin de la disponibilité d’un bon support, et enfin parce qu’elle y gagnait les mois perdus de son hébergement.

Je me mets au travail. Très vite tout est installé chez son nouvel hébergeur avec un WordPress tout pimpant, ses articles migrés, un design créé sur mesure. Suzanne me félicite pour ma rapidité et attend fébrilement le transfert de son nom de domaine. Oui, mais. Et là si vous ne sursautez pas, c’est que vous êtes en manque de sommeil :

1) La procédure de transfert sortant du nom de domaine nous parvient par mail : elle  doit être validée en cliquant sur un lien de confirmation dans l’espace client. Et ce lien n’existe pas. Suzanne fouille son espace clients une heure durant. Puis elle se décide à m’écrire pour me dire qu’elle se sent bête car elle ne trouve pas. J’y vais et je constate que ce lien n’existe pas. Amen s’est fichu de la poire de Suzanne.

Autrement dit, légalement ils nous disent que vous pouvons, mais concrètement nous sommes bloqués puisque rien ne permet de valider la demande.

Évidemment, pas de réponse du support. Notez qu’il n’y a pas eu de réaction non plus à une précédente question posée une semaine plus tôt.

Nous sommes passés aux menaces légales en leur rappelant qu’ils n’étaient pas propriétaires nom de domaine.Car oui, le Whois est clair, heureusement le nom appartient bien à ma cliente et non à Amen. Il leur a fallu une semaine pour répondre aux demandes de support et seulement à une seule question : celle du domaine, suite aux menaces, avec pour toute réponse : votre transfert a été accepté.

Bien sûr, en attendant le déblocage, j’ai modifié les DNS pour forcer au moins l’accès du site et en assurer la migration effective. Procédure simple pour moi normalement. Pourtant, même ça ne fut pas une partie de plaisir. Rien n’est clair dans l’interface client de Amen. Mais alors rien. Et moi j’en parcoure des dizaines, j’ai l’habitude.

Par ailleurs, pour sauvegarder son blog il m’a fallu employer quelques ruses techniques. On peut accéder par FTP mais pas sauvegarder la base de données. Du moins pas directement. Bref, pour l’utilisateur normal, tout cela est bien décourageant et complexe.

En résumé nous avons ici un hébergeur qui offre un WordPress pré-installé mais pas viable. Une procédure de transfert occulte et découragée voire illégale (devoir cliquer sur un lien qui n’existe pas). Une interface compliquée avec des étrangetés pour modifier les DNS ou quoi que ce soit. L’impossibilité de télécharger ses fichiers par FTP via l’interface. Un support absent. Pour un prix peu compétitif.

Je vous laisse tirer les conclusions vous-même.