LASHÔN - WordPress Création Sites Internet

Navigation Menu

WordPress Langage

work in progress

Police des commentaires: protéger pseudos et validation adresses mails

Police des commentaires: protéger pseudos et validation adresses mails

Posted on 27 mai 2011 in Wordpress | 4 comments

Et faites un tour à l'onglet Discussion de vos Réglages...

Comment vous éviter la charge de faire la police dans vos commentaires ? Comment empêcher qu’un commentateur utilise un pseudo déjà utilisé par un membre enregistré, ou utilise une adresse mail existante ? On me pose souvent la question, voici une réponse possible. Installez ces deux plugins :

YD Prevent Comment Impersonation et  Comment E-Mail Verification.

Le premier plugin, YD Prevent Comment Impersonation, empêche les commentateurs de passage (non enregistrés) d’utiliser un pseudo et une adresse mail déjà utilisé par vos membres.

Le second plugin, Comment E-Mail Verification, exige une validation de l’adresse mail d’un nouveau commentateur. C’est le système en usage chez certains journaux en ligne. Mais cela vous impose une gestion des commentaires avec modération de ceux-ci. Chaque message placé en attente de modération attend aussi la validation par le commentateur de son adresse mail. Ce qui certifie une adresse mail. On a donc un système contre les fausses adresses email et un antispam naturel.

Si vous connaissez mieux, partagez l’info.

 

 

 

LIRE

En attendant WordPress 3.2, il y a la sécurité de 3.1.3

Posted on 25 mai 2011 in Internet | 2 comments

C’est une version de sécurité, donc utile. Vous pouvez l’entériner par le mode automatique dans votre tableau de bord. Elle permet :

  • Renforcement de la sécurité générale
  • Durcissement requête taxonomique (jQuery)
  • Prévient le sniffing des noms d’utilisateur qui ne sont pas auteur en utilisant les redirections canoniques.
  • Correctifs de sécurité pour les  Médias.
  • Améliore la sécurité d’upload de fichier sur les hôtes quant il y a des paramètres dangereux de sécurité.
  • Nettoie les anciens fichiers importés si l’importation n’est pas achevée.
  • Introduit le « clickjacking », protection dans les navigateurs modernes sur les pages admin et login.

Sinon, on attend toujours WordPress 3.2, qui change encore beaucoup de choses.Ne serait-ce que l’abandon du support de IE6, l’obligation d’avoir un hébergement qui travaille en PHP 5.2.4 et MySQL 5. Mais aussi, avec le thème par défaut, l’entrée du  HTML5. Côté look, le tableau de bord est différent. Les différences notables pour moi sont dans le codage. L’obligation de PHP 5.2.4 va rendre une série de vos vieux plugins problématiques voire caduques, mais aussi les thèmes dont les fonctions en jquery ne sont pas actualisées ou encryptées avec google. Si tel est votre cas, je vous conseille de ne pas mettre à jour en WP 3.2 tant que votre thème wp et vos plugins n’ont pas été actualisés. Et s’il ne le sont plus et ne comptent pas l’être, il faudra alors changer de thème.

Lashon.fr s’y prépare, la V3 de ce blog en HTML5 est imminente.

🙂

 

 

LIRE

Changer le logo imposé des thèmes premiums en faveur de votre titre

Changer le logo imposé des thèmes premiums en faveur de votre titre

Posted on 14 mai 2011 in Wordpress | 4 comments


Souvent, les thèmes dits premiums, gratuits ou payants, ont un logo par défaut unique. Ils vous obligent à créer et insérer le vôtre si vous ne voulez pas voir celui du créateur du thème s’afficher. Avec de tels thèmes, la seule alternative est le vide, et non le titre de votre blog. Or, on n’a pas forcément envie de mettre un logo, et laisser la case vide n’élimine pas ce logo étranger. C’est le cas pour les thèmes de Elegantthemes, Woothemes, WPShower et bien d’autres. Ce type de codage m’énerve et me fait perdre un précieux temps. Combien de fois suis-je amenée à installer un thème premium pour un client qui n’a pas nécessairement de logo, ou pas encore, et il faut tout de même, en attendant, au moins voir le titre de son blog. J’ai donc modifié l’entête de tous les thèmes premiums dont je dispose afin de proposer une plus grande liberté.

Pour permettre le chargement d’un logo ou rien, ajoutons aussi le titre et slogan habituel.

Évidemment, le code ci-dessous sera à adapter au cas par cas, mais le procédé est toujours le même.

Proposition 1 : logo + Titre

Exemple pour Elegantthemes, avec Envisioned.

Dans le header, remplacer la fonction

						<a href="<?php bloginfo('url'); ?>">
							<?php $logo = (get_option('envisioned_logo') <> '') ? get_option('envisioned_logo') : get_bloginfo('template_directory').'/images/logo.png'; ?>
							<img src="<?php echo $logo; ?>" alt="Envisioned Logo" id="logo"/>
						</a>

Par

						<a href="<?php bloginfo('url'); ?>">
<?php if (get_option('envisioned_logo')) { ?>
							<?php $logo = (get_option('envisioned_logo')) ; ?>
							<img src="<?php echo $logo; ?>" alt="<?php bloginfo('name'); ?>" id="logo"/>
						</a><?php }; ?>
<h1><?php bloginfo('name'); ?>&nbsp;<span><?php bloginfo('description'); ?><span></h1>

Si vous utilisez un autre thème, il suffit de modifier le nom de l’option.

Voici une variante conditionnelle pour déterminer que ce logo n’ira qu’en page d’accueil (home.php) si logo

			<?php if ( is_home() && get_option('envisioned_logo')) { ?>
							<?php $logo = (get_option('envisioned_logo')) ; ?>
							<img src="<?php echo $logo; ?>" alt="<?php bloginfo('name'); ?>" id="logo"/>
						</a>
			<h1 class="blogtitre"><?php bloginfo('name'); ?>&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;<span><?php bloginfo('description'); ?><span></h1>
<?php } else { ?>
	<h1><?php bloginfo('name'); ?></h1></h2><?php bloginfo('description'); ?></h2>
<?php }; ?>

Pour tout autre thème

De même dans les superbes thèmes gratuits que produit wpshower.

Ici "Sight" est une image logo du nom du thème et non le titre du blog.

Prenons le thème Sight par exemple. Le logo est codé, comme toujours, dans le header.php. Cherchez la ligne :

                <div class="logo">
                    <a href="<?php bloginfo('home'); ?>"><img src="<?php echo (get_option('logo_url')) ? get_option('logo_url') : get_bloginfo('template_url') . '/images/logo.png' ?>" alt="<?php bloginfo('name'); ?>"/></a>
                </div>

A remplacer par

    <div class="logo">
						<a href="<?php bloginfo('url'); ?>">
<?php if (get_option('logo_url')) { ?>
							<?php $logo = (get_option('logo_url')) ; ?>
							<img src="<?php echo $logo; ?>" alt="<?php bloginfo('name'); ?>" id="logo"/>
						</a><?php }; ?>
<h1><?php bloginfo('name'); ?></h1>
<h2><?php bloginfo('description'); ?></h2>
    </div>

A présent, avec ou sans logo chargé, c’est bien le titre donné à votre blog qui prime, et non le logo du créateur.

Proposition 2 :
Là on va avoir : si pas de logo indiqué, le tire + la description (slogan), et dans un style désiré (à paramétrer)

			<!-- Start Logo -->
<?php if ( is_home() && get_option('sky_logo')) { ?>
			<a href="<?php echo home_url(); ?>">
				<?php $logo = '' != get_option( 'sky_logo' ) ? esc_attr( get_option( 'sky_logo' ) ) : get_template_directory_uri() . '/images/logo.png'; ?>
				<img src="<?php echo $logo; ?>" alt="<?php echo esc_attr( get_bloginfo( 'name' ) ); ?>" id="logo" />
			</a>

<?php } else { ?>
	<div id="blog-title"><?php bloginfo('name'); ?></div>
	<p id="slogan"><?php bloginfo('description'); ?></p>

<?php }; ?>	

			<!-- End Logo -->

Dans ce cas, penser à ajouter une classe dans la feuille de style style.css. Par exemple:

#blog-title,#blog-title a {	font-size: 36px; float: left; margin:0px 15px 0px 0px; }

Et ainsi de suite.

 

 

LIRE

Un Multisites et domaines mappés sans Wildcard sur du mutualisé, c’est possible

Un Multisites et domaines mappés sans Wildcard sur du mutualisé, c’est possible

Posted on 29 avril 2011 in Wordpress | 13 comments

Une seule interface WordPress pour plusieurs sites ou blogs, c’est ce que l’on nomme dans la jargon un Multisites. Pour installer un multisites wordpress, normalement il faut que l’hébergeur vous permette de créer un wildcard. C’est à dire la possibilité d’ajouter un *.nomdedomaine.ltd avec un Cname qui pointe donc sur votre nom de domaine. Et il vous faudra un plugin de mapping domains si vous désirez associer vos noms de domaines secondaires aux sous-domaines créés. Le Wildcard est alors dit incontournable. Est-ce toujours vraiment requis ? On verra que non si vous ne répugnez pas les opérations manuelles. Si votre multisites est de taille modeste, que vous désirez seulement associer 3-4 sites manuellement pour votre usage personnel, on peut contourner.

Mais d’abord une précision-parenthèse : ne pas confondre multisites et plateforme de blogs. La différence est que votre multisites est à votre usage, la plateforme permet l’inscription et la création de blogs pour vos membres. De 10 à plusieurs centaines, selon. Beaucoup plus gourmande en terme d’hébergement, ça ne s’improvise pas. Ni côté installation ni côté hébergement.

Revenons à nos moutons. Comment faire quand vous ne voulez pas investir pour un gros hébergement, ou éviter le changement d’hébergeur et que vos 3-4 sites sont suffisamment modestes pour ne pas avoir besoin de plus ?  Prenons l’exemple de 1&1 car il est parlant. Chez cet hébergeur, on peut ajouter des sous-domaines mais pas de wildcard. Les critiques fusent souvent contre 1&1, et pourtant dans le mutualisé à bas prix c’est le meilleur rapport qualité/prix, à mon sens, pour des minis-budgets (étudiants, RMistes, smicards). J’y ai conservé mon vieux « pack initial« .  Et vous ne me croirez pas si je vous dis que, après l’avoir usé et en avoir abusé  durant deux ans avec 5 installations wordpress différentes, j’y ai installé un multisites (trois sites) avec mappage de 3 noms de domaines. Pourtant c’est vrai et c’est fait. Et je me suis laissé dire que cette information sera utile à plus d’un parmi vous.

Si vous n’avez pas besoin de mapper un domaine mais seulement plusieurs sous-domaines (exemple coucou.lashon.fr) il suffira de les ajouter manuellement chez votre hébergeur et de ne pas oublier dans ce cas de leur ajouter un Cname : *.nomdedomaine.ltd vers nomdedomaine.ltd (exemple *.lashon.fr vers lashon.fr). Même quand le wildcard n’est pas disponible théoriquement.

Soyez juste un peu patient après avoir ajouté un domaine, un sous-domaine ou avoir modifié des DNS: laissez votre hébergeur vous envoyer un mail de notification de fin d’opération.

Si vous voulez mapper un nom de domaine sur un sous-domaine (exemple: coucou.lashon.fr créé et installé dans votre interface wordpress, doit en fait donner coucou.com).

Il suffit simplement d’ajouter votre nom de domaine dans le panneau de votre hébergeur. Domaine externe à votre pack ou interne. S’il y a lieu, de régler la destination vers le même dossier que le domaine principal (c’est le cas chez 1&1). Puis d’utiliser un plugin de mapping:

Domain Mapping (testé avec lui) ou WordPress MU Domain Mapping

Pour un tutoriel sur le fonctionnement de ces plugins, je ne vais pas réinventer la roue, voir chez Ottopress et Wpchannel.

Normalement, ces plugins requierent une IP fixe. Là encore sur un mutualisé c’est impossible. Pas grave, vous pouvez contourner… en ne réglant aucune IP, ssi vous avez d’abord installé manuellement.

Concrètement, vous devez donc installer vos sous-domaines et vos domaines à mapper manuellement. Sur un Cpannel c’est encore plus facile, il faut parker le domaine additionnel (merci Aphrodite pour la précision) et ajouter le wildcard, ça va aussi vite que boire son café. Chez un autre hébergeur mutualisé, il faut simplement ajouter le domaine et le sous-domaine à la main. Puis laisser faire le plugin. J’avoue que j’étais perplexe quant à la faisabilité de mapper sur du mutualisé qui n’offre pas une IP fixe et sans wildcard, mais je viens de le faire pour quelqu’un, et oui ça fonctionne parfaitement. Je vous partage donc l’info.

 

LIRE

Avant d’uploader une image ou un fichier dans WordPress, il faut le renommer. Manuel.

Avant d’uploader une image ou un fichier dans WordPress, il faut le renommer. Manuel.

Posted on 16 avril 2011 in Wordpress | 28 comments

Bonnes pratiques WordPress

Ayez le bon réflexe avant d'uploader

Un petit billet pour un grand rappel important des bonnes pratiques sur WordPress, et sur le Web en général.

Pour éviter tout problème et si vous ne devez retenir qu’une chose de ce billet, il faut avoir pour règle générale de

renommer convenablement ses images AVANT de les uploader. Pas seulement les images : tout fichier que vous uploadez (PDF, document, map, zip…).

Renommer les fichiers images avant d’uploader

Ne pas laisser d’espace dans le nom du fichier, ni de caractères latin, c’est à dire pas d’accent ni cédille ni accent circonflexe etc.

Même règle pour les identifiants, les slugs, les permaliens, les adresses url, les identifiants de login (username).

Sous peine d’avoir un problème à l’upload, que vos images ne s’affichent pas correctement dans tous les navigateurs, mais aussi, surtout, de ne pouvoir les sauvegarder par FTP ensuite.

Exemple concret : sur votre ordinateur vous avez un fichier PDF ou une image intitulée « mon image à moi.jpg« . Vous l’uploadez dans votre blog chéri. Vérifiez par FTP dans le dossier wp-content/uploads, le fichier réel uploadé deviendra « monéimageémoi.jpg« . Pas joli n’est-ce pas ? Il faut donc renommer comme suit: mon_image_a_moi.jpg

Traitez les images avant de les charger

Puisqu’on en parle, autre rappel. Avant de les uploader, traitez vos images. Il est inutile de charger une image immense si c’est pour au final afficher un petit machin. Par ailleurs votre thème wordpress impose une limite pour ne pas tout déformer. Et si vous changez de thème par la suite, ce serait pas mal que ces insertions d’images ne déforment pas le nouveau thème. Alors en général, la taille d’une image ne devrait pas dépasser 640px de large. C’est déjà gros.

D’abord réduire l’image à la taille souhaitée. Avec n’importe quel logiciel :

– Avec le windows Manager Media de votre Windows ou tout autre sur Mac.
Gimp (lourd mais logiciel de retouches et traitement des images)
Xnview (plus léger, pratique juste pour redimensionner)

Optimiser le poids de l’image

Yahoo Smush.itEnsuite optimiser son poids en l’uploadant chez Yahoo Smush.it. Attention, là on parle bien du poids de l’image, non de sa taille. Une fois optimisée, vous téléchargez l’image pour remplacer la vôtre et ainsi elle est prête à être insérée dans votre article.

Vous pouvez éviter cette manipulation en ajoutant le plugin Wp Smush.it qui le fera automatiquement pour tout nouvel upload. Notez que ce plugin ne fonctionne pas si vos images sont ailleurs que dans un des dossiers de wp-content.

Yahoo Smush.it saving

Réduction du poids de l'image

Au moment de l’envoi de fichier

– Renommer tout document que vous voulez uploadez AVANT de l’uploader : pas d’accent ni espace ni cédille. Pour séparer les mots utilisez plutôt des traits-d’unions (-) ou des underscores (_) pour remplacer les espaces. Par exemple mon-image-a-moi.png.

Ajouter une image dans WordPress

Remplissez convenablement les champs

Titre : mais une fois chargée, quand votre image uploadée apparait dans la fenêtre d’envoi de fichiers, vous pouvez et je vous le conseille, changer le titre de celle-ci. Cela ne change pas le titre réel du fichier image. Alors pourquoi faire ? Le titre de l’image dans la fenêtre d’envoi est ce qui va apparaitre en info-bulle quand on passe la souris sur l’image. Pas très joli de laisser quelque chose comme img_2544.jpg s’afficher non ?

Alt : ce qui s’affiche au cas où cette image n’est pas visible. Important pour prévenir un défaut de navigateur, pour aider les aveugles à s’informer de ce qu’ils loupent, et pour avoir une validation conforme des standards du Web.

Légende : le texte de légende qui s’affiche sous l’image. Optionnel. Il faut savoir que le code généré n’est pas identique avec ou sans légende. Avec légende, la plupart des thèmes WordPress codent un petit cadre de couleur. Sans légende, le code généré sera

<img src="mondomaine.com/wp-content/uploads/image.png">

Avec légende le code devient :

[ caption id="attachment_376" align="alignright" width="300" caption="Légende img class="size-medium wp-image-376" title="titre" src=http://domaine.com/wp-content/uploads/mon_image_a_moi-300x298.jpg alt="titre" width="300" height="298" />[/ caption]

Lien d’attachement : quand vous insérez une image, demandez-vous s’il y a lieu de laisser ce lien. Si ce lien apporte une information supplémentaire, oui. Sinon vous incitez vos visiteurs à cliquer pour rien.
Ce sera utile de laisser le lien d’attachement dans plusieurs cas : soit parce que vous renseignez un lien externe sur l’image (illustration d’un site externe), soit parce que vous insérez une image de taille moyenne dans l’article mais que vous laissez un accès à la voir plus grande. Soit dans le cas d’une galerie d’images.

Alignement : aucun, gauche, droite, centré. Aucun alignement permet d’insérer une image et d’aller à la ligne. Tout autre alignement fait flotter l’image en aspirant le texte à côté vers lui. Si le texte qui suit est court, cela fera flotter de manière chaotique. Mais là tout dépend de comment le thème est codé (feuille de style). .

Taille de l’image : par défaut WordPress crée trois tailles supplémentaires de votre image uploadée Ce qui fait donc 4 fichiers images pour une uploadée. Choisir la taille insérée en fonction de vos besoins, mais surtout fonction du thème. Généralement ce sera taille moyenne.

Insérer l’image ou Utiliser comme miniature : insérer veut dire inclure l’image dans l’article. Vous pouvez insérer la taille que vous voulez ou une miniature. Alors que utiliser comme miniature veut dire qu’une vignette de cette image s’affichera à côté de la navigation de votre blog en mode extraits (archives, tags, catégories, voire le blog si vous avez choisi des extraits comme sur ici sur mon blog).
Il va sans dire que vous pouvez utiliser comme miniature une image sans insérer d’image dans un article. Et utiliser comme miniature une tout autre image que celle insérée.

Si vous vous trompez

Une image uploadée est insérée dans la bibliothèque des Médias (voir onglet Médias dans le tableau de bord). Même si vous supprimez le code ou l’image dans l’article, cette image existe bel et bien dans la bibliothèque. Donc inutile d’uploader deux fois, quand ce n’est pas plusieurs fois la même image. Si vous vous êtes trompé de taille, supprimez cette image puis re-cliquez sur la fenêtre d’envoi de fichiers. Là, vous verrez à l’onglet Galerie un chiffre qui indique bien que vous avez déjà une image attachée. Choisissez la bonne taille. Ou allez chercher dans la bibliothèque votre image en tapant un seul mot du nom de celle-ci (la recherche ne marche que pour un seul mot sans tiret). .
Pour changer de taille alors que l’image est déjà uploadée et insérée, juste passer en mode “html” et retirer le code.
Vous pouvez aussi, au moment de l’upload, supprimer tout de suite dans la fenêtre d’envoi ce que vous venez d’uploader. Faire supprimer puis continuer.

Je conseille de vous habituer à travailler en mode html pour vous familiariser.

Surveillez ce qui se passe en vérifiant, dans la fenêtre d’envoi de fichiers, que vous avez un chiffre à côté du mot Galerie (1) pour une photo uploadée. Si vous avez (2) c’est qu’un fichier y est déjà associé et que ça s’emmêle les pinceaux. Vérifiez alors dans la bibliothèque s’il ne faut pas jeter ce fichier parasite. Le chiffre qui apparait à côté du mot Galerie est l’exact nombre de photos attachées au billet.

Galerie du billet

La Galerie affiche le nombre d'images attachés au billet, avec ou sans erreur.

Snippet pour la bibliothèque des images

Pour voir dans les colonnes d’images de la bibliothèque les fichiers d’attachements (à quel article est attaché l’image). Collez ceci dans le fichier functions.php :

// AJOUTER COLONNE ATTACHEMENT AUX ARTICLES Media library

function lashon_ColonneMedias($columns) {
    $columns['medID'] = __('ID');
    return $columns;
}
add_filter( 'manage_media_columns', 'lashon_ColonneMedias' );
function mediaColumnsRow($columnName, $columnID){
    if($columnName == 'medID'){
        echo $columnID;
    }
}
add_filter( 'manage_media_custom_column', 'mediaColumnsRow', 10, 2 );

That’s all Folks

LIRE

Uploads Médias et Mémoire dans WordPress: taille fichiers, téléchargements, plugins

Uploads Médias et Mémoire dans WordPress: taille fichiers, téléchargements, plugins

Posted on 26 mars 2011 in Wordpress | 10 comments

Memory Limit

La limite de mémoire dans WordPress dépend de votre hébergeur.

Comment gérer vos uploads, ces fichiers que vous insérez dans vos articles et la taille permise ?  Comment gérer ou permettre des téléchargements? Comment gérer le message d’erreur sur la taille de la mémoire ?

Tous les fichiers téléversés (uploadés) via un article ou une page WordPress se retrouvent dans la bibliothèque des Médias. Pour une image simple, pas de souci. Mais pour d’autres types de fichiers ou de gros fichiers à rendre disponibles en téléchargements, ça se corse. La première information à connaître pour savoir ce que votre site permet actuellement, c’est la taille permise pour ces fichiers.

Rendez-vous dans votre tableau de bord à l’onglet Médias. Cliquez sur Ajouter un fichier. Une ligne vous renseigne la taille permise : Taille maximale des fichiers : 8MB. Cette taille dépend de plusieurs facteurs. Elle dépend de l’hébergeur et elle dépend de WordPress. Si votre hébergeur limite, il va falloir installer un fichier ini.php ou utiliser un plugin. Mais c’est un pari et un match serré. Parfois on peut gérer ça directement dans son panneau d’administration. Chez les hébergeurs français, je n’ai jamais vu cette possibilité. Mon hébergeur Westhost me permet, sans toucher à une ligne de code, une taille de 64MB en upload. Ce qui est une excellente limite, et je peux la modifier. Chez l’hébergeur français o2switch dont je parlerai bientôt, vous ne serez pas limité, ils ont récemment augmenté leur mémoire à 500MB. De quoi voir venir…

Voyez aussi la documentation du Codex.

Pour connaître les informations utiles et contraintes dues à votre hébergeur

Installez l’un de ces plugins :

WordPress Multisites

Dans un multisites c’est facile. La taille des uploads permise se gère dans les réglages de la partie Admin du réseau. Précisez la taille des uploads en allant dans Admin du Réseau puis Réglages à la ligne Envois des fichiers. Indiquez la taille désirée dans Taille maximale des fichiers.

Reglage

Reglage taille des fichiers dans un réseau WordPress Multisites

Je recommande l’extrême prudence si vous permettez l’upload de gros fichiers, et de se discipliner soi-même lors de la publication des images. De les réduire avant.  En principe les plugins de téléchargement gèrent bien la taille des uploads et il est préférable que l’upload permis ne soit pas supérieur à la taille par défaut sauf pour les téléchargements. Si votre multisites est un réseau, il vaut mieux permettre via un plugin de charger ses gros uploads via FTP (avec Fillezilla donc) au lieu de permettre aux utilisateurs des sites sur votre réseau de balancer de grosses tailles.

WordPress simple, gestion des Uploads

Dans un WP normal vous ne pouvez pas modifier cette taille par défaut de 8MB, à moins de bidouiller dans le Core. Pas conseillé puisqu’il faudra le faire à chaque mise à jour. Quelles solutions ?

– On peut écrire à son hébergeur pour leur demander d’augmenter la taille des fichiers uploadés permise.

– On peut installer un plugin (voir plus bas).

– On peut uploader son gros fichier directement dans son répertoire uploads qui est par défaut dans wp-content/uploads. Simple et rapide.

– Plus complexe, on peut modifier ces valeurs contraintes par l’hébergeur

En modifiant le fichier php.ini, le .htaccess ou le wp-config.php de WP. Le problème de cette dernière solution et que son succès dépend de votre hébergeur. Pas seulement le succès, vous pouvez aussi tout faire planter si vous ne savez pas ce que vous faites. Donc avant de modifier quoi que ce soit, faites une sauvegarde de votre base de données et des fichiers que vous modifiez.

Si vous avez accès à votre dossier Apache c’est parfait. Mais c’est rare. Trouvez le fichier suivant /etc/php5/apache/php.ini et repérez upload_max_filesize. Juste modifier la valeur.

Pour les hébergeurs qui interprètent le code en vrai Apache, on peut directement augmenter la taille en insérant ceci dans .htaccess :

php_value upload_max_filesize 32M
php_value post_max_size 32M
php_value memory_limit 64M

Et/ou essayer d’ajouter dans wp-config.php:

define('WP_MEMORY_LIMIT', '64M');

N’essayez pas cette méthode si vous êtes hébergés chez 1&1 ou si les infos vous disent que le Rewriting est interprété en CGI.

Ajout dans un fichier php.ini

memory_limit = 64M
upload_max_filesize = 32M
post_max_size = 32M
file_uploads = On

Encore faut-il, chez certains hébergeurs, que ce fichier php.ini soit installé dans tous les répertoires pour que ça fonctionne…. Voir un tuto chez 1&1 pour réaliser la chose automatiquement.

Augmenter la taille de mémoire scripts

Les opérations précédentes peuvent corriger le problème d’erreur telle que Fatal error: Allowed memory size of 33554432 bytes exhausted.
Mais. Si votre hébergeur vous limite c’est que votre plan d’hébergement n’est pas bien gros. Jouer avec ces réglages peut entraîner une sévère mise en garde voire un blocage de la part de votre hébergeur qui considèrera votre blog devenu trop gourmand. Pesez bien à quelle fin vous réalisez cette modification. Si vous l’installer juste pour pouvoir uploader quelques gros fichiers, pas de problème. Mais si vous comptez générer plus de mémoire et de bande passante, attention aux mesures punitives. Par ailleurs, il faut savoir que c’est une méthode généralement vaine. Ce que l’hébergeur permet ne peut pas réellement être modifié, malgré tous les fichiers ini placés. D’où l’importance, avant toute opération complexe, d’analyser son hébergement au moyen des plugins proposés en haut de cet article.

Et si votre hébergeur ne vous convient pas, changez-en. Ce n’est pas la mer à boire. Pour migrer votre site ailleurs, utilisez l’excellent plugin WP Migrate DB pour générer la copie vraiment utile de migration de votre base de données, téléchargez tout votre dossier wp-content et c’est tout. Il n’y a plus qu’à installer un WP, créer une base de données vide, importer la vôtre et charger votre wp-content avec Filezilla. C’est tout.

Taille et poids des images

La question de la taille de vos images en pixels se gère via l’onglet Réglages puis Médias. Elle est aussi définie par le thème WP que vous utilisez. Si vous créez votre propre thème ou que vous en changez, la taille de vos vignettes peut être différente. Même remarque si vous utilisez un plugin pour vos galeries d’images. En cas de changement de plugin ou de changement de vos réglages, il faut modifier en masse la taille des images générées précédement. Utilisez le plugin AJAX Thumbnail Rebuild à cette fin. Très simple et véritablement pratique.

Le poids de vos images dépend de leur définition. Il n’est franchement pas utile de laisser un énorme poids pour afficher sur Internet. Compressez vos images à maximum 72. Si vous ne savez pas comment faire, installez le plugin Smushit qui le fera automatiquement pour vous à chaque (nouvel) upload. Pour les anciennes déjà uploadées, deux solutions : soit aller dans votre bibliothèque et cliquez sur resmush à côté de chaque image, soit  télécharger sur votre bureau votre dossier uploads et envoyer vos images dans l’outil smush.it de Yahoo. Ensuite vous pouvez télécharger vos images compressées et les renvoyer en ligne. Attention, si vous envoyez trop d’images à la fois cela génèrera une erreur. Recommencez avec moins (une 20aine). Le nec plus ultra de cet outil est que vous téléchargez vos images compressées au format zip en conservant les adresses de dossiers.

Quelques plugins utiles pour la gestion des Uploads et téléchargements

Faites votre choix… (via votre tableau de bord du site concerné en faisant ‘ajouter un plugin’). Ils sont tous compatibles minimum WP 3.0.5 et 3.1

Download Manager ou WP-files base sont des gestionnaire de téléchargements pour vos visiteurs, avec classement par catégories : ces 2 plugins sont sensiblement les mêmes, le choix est pour moi subjectif.

Flexupload multithread uploader : permet d’uploader sans limite de taille.

Inline Uploads : permet d’uploader dans un répertoire de son choix (mais dans wp-content).

Faster Image Insert : permet d’ajouter et modifier ses uploads en masse dans l’édition de posts

Allow Word/Powerpoint/Excel file uploads : tout est dans le titre .

Email Before Download : tout est dans le titre.

Easy FTP Upload ou bSuite Drop Folder Media Uploader permettent de charger de gros fichiers par FTP.

Overwrite Uploads : vous évite d’uploader plusieurs fois le même fichier en écrasant l’ancien du même nom. A voir la quantité de doublons inutiles chez mes clients, je recommande…

Enable Media Replace : dans le même genre, indispensable outil pour modifier une image existante sans devoir éditer le post où elle est. Allez dans la bibliothèques des Médias, cliquez sur l’image à modifier puis sur Upload a new media. Choisissez évidemment la 2e option qui permet de mettre à jour également les url et titres.

AJAX Thumbnail Rebuild : Outil indispensable pour régénérer de nouveaux formats d’images déjà insérées. A utiliser après avoir définis les nouveaux réglages dans la partie Médias.

WP-Smush.it : Indispensable pour diminuer le poids de vos images.

Embedd PDF : permet d’inclure via un shortcode un PDF au format google doc.

Google Doc Viewer : évite d’uploader vos fichiers s’ils se trouvent dans votre doc google ou permet de lier un lien vers un document google, ou d’user d’un shortcode pour les PDF.

Ne pas oublier de configurer ces plugins et de lire la FAQ d’installation de ceux-ci.

Créer un sous-dossier uploads pour les plugins

Un article sans snippet est comme des pâtes sans sel :). Pour les codeurs et bidouilleurs, une solution pour permettre un sous-dossier réservés aux médias insérés par les plugins dans le dossier Uploads. C’est Yoast qui nous l’offre :

add_filter('upload_dir', 'my_upload_dir');
$upload = wp_upload_dir();
remove_filter('upload_dir', 'my_upload_dir');   funcion my_upload_dir($upload) {
	$upload['subdir']	= '/sub-dir-to-use' . $upload['subdir'];
	$upload['path']		= $upload['basedir'] . $upload['subdir'];
	$upload['url']		= $upload['baseurl'] . $upload['subdir'];
	return $upload;
}

That’s All Folks !

LIRE