LASHÔN - WordPress Création Sites Internet

Navigation Menu

Dossier Hébergeurs (3) : Les packs mutualisés et autres vendeurs

Dossier Hébergeurs (3) : Les packs mutualisés et autres vendeurs

Posted on 11 janvier 2011 in Internet | 32 comments

Cet article fait suite à Hébergeurs et Noms de domaine: bien choisir et s’en protéger (2)

6) LES PACKS MUTUALISÉS

crowded

Mutualisé égal partage, pour le meilleur et le pire

C’est la gamme traditionnelle en Europe. Il y a pléthore. Quelques exemples.

1&1, c’est de l’hypermarché(dès 30 euro/an, data center en Allemagne). Il est connu par ses constantes promotions de packs parfois gratuits durant six mois ou un an, avec certaines options en illimité ou des options généreuses (bande passante dite illimitée, gros espace disque, bases SQL de 100MB). Commercialement c’est un des plus intéressant. La contrepartie est qu’il ne faut s’attendre à aucune souplesse commerciale et parfois une agressivité insensée. Voire très déplaisante par ses réactions intransigeantes en cas de saturation des performances permises, de défaut de paiement, ou résiliation de packs. C’est en ce sens que j’applique le mot hypermarché. Essayez le service après-vente d’un hypermarché versus la petite enseigne honnête du quartier (heu, si ça existe encore)… On ne peut pas tout avoir, il faut juste savoir où on met les pieds.

Je suis chez 1&1 pour ce blog. Mon pack est ridicule en poids, j’y héberge trois sites en wordpress sur un pack de base, qui en sus ne me coute rien grâce aux revenus générés par vos clics et commandes sur ma bannière pub (merci à vous !). Le support m’a toujours donné satisfaction. Un de mes clients n’a pas eu cette chance. Leurs sites tournent au ralenti. A la décharge de 1&1, sur le plan technique, ils en ont trop pour leur pack et des sites beaucoup trop gourmands en scripts pour un mutualisé. A la décharge de mon client que je soutiens pleinement, sur le plan commercial, il s’est vu contraint de se battre contre une facture abusive et recevoir en pleine face des propos très désobligeants alors qu’il était dans son bon droit. Ils ont simplement voulu résilier un produit Boutique dont ils n’avaient plus besoin. La réaction a été d’une mauvaise foi quasi illégale et particulièrement insensée.

MAVEN Hosting (dès 59 euro/an, datacenter en France et au Canada) affirme une bande passante en illimité. Pas d’engagement de durée. Un Cpanel pour installer une dizaine de sites.

Mais il faudra chercher dans les CVG pour se voir confirmer que cet « illimité » est également… limité. Comme chez 1&1 et tous les autres :

« LE CLIENT est responsable des scripts et les programmes qu’il utilise dans son espace d’hébergement. Il veillera en particulier à ce que ces dits programmes ne provoquent pas de défaillance ou de saturation (en terme de ressources disques, de CPU ou de mémoire) des serveurs sur lesquels ils sont déployés »

Rien d’anormal encore une fois. C’est juste une façon de présenter les choses de manière attrayante à une majorité de gens néophytes.

A titre de gestionnaire de plusieurs sites d’un de mes clients, j’ai eu une très mauvaise expérience avec eux en tombant sur un technicien de support quasiment insultant chez Maven qui me sortait n’importe quoi par rapport à un service qui n’arrivait pas. Une semaine de perdue, à mes frais. L’affaire s’est résolue en passant la main à un technicien moins jeune et professionnel. Malchance ?

C’est tout le problème des hypermarchés. Pas seulement chez les hébergeurs. Partout nous devons faire face à de plus en plus de commerciaux au lieu de techniciens, d’ouvriers qualifiés. Des commerciaux bidouilleurs dans un Help-Desk ne sont pas à leur place. Pas étonnant qu’ils réagissent comme des adolescents attardés au lieu d’une attitude professionnelle et compétente. Je veux dire que je n’ai pas le sentiment qu’il s’agit là de problème avec les hébergeurs en particuliers, mais d’un phénomène de société : on court vers des services pas chers (un voyage, un Faï, des travaux dans sa maison, des soins de santé), mais de plus en plus nous payons pour des services qui sont à peine assurés et tout juste compétents. Dans ces hypermarchés de l’hébergement, il y a des pros qui assurent et il y a des personnes qui n’ont rien à faire là. Mais c’est la responsabilité et les choix de la firme, non celle du salarié rassuré d’avoir réussi à se trouver un emploi pour lequel il est certainement mal payé.

OVH (dès 29 euro/an, data center en France) est entre les deux. Une bonne réputation au départ, mais qui tend aussi à devenir hypermarché dans les offres mutualisées, du moins d’après les témoignages de blogueurs et ce que je constate en gérant des espaces de clients. Deux de mes clients (différents) avaient un blog tout neuf, vide, et ça ne tournait pas dès le départ. Comme s’ils avaient tiré le mauvais numéro d’un serveur certainement déjà saturé. La lenteur, voire le non accès pour un WordPress fraichement installé et encore vide n’est pas rare. Malchance ? Puis, je trouve la console et les réglages de base peu évidents pour un néophyte. 1&1 est sur ce point très facile. OVH est sans doute plus à considérer pour leurs serveur dédiés. Il convient bien aux informaticiens et PME. En revanche, je vous le recommande au moins pour l’achat de tous vos noms de domaine (indépendamment de l’hébergement).

PHPNUX (dès 29 euro/an, data center en Europe) est un hébergeur qui a le mérite d’afficher clairement ses limites, qui correspondent en fait assez bien aux limites d’un mutualisé. Seul le trafic est illimité, le reste dépend du pack choisi. Il ravi une de mes collègue webdesigner qui y héberge son blog pro et celui de ses clients. Son témoignage parle d’un bon support et l’absence de problèmes techniques. Pas si mal. Mais attention, même remarque que tous les autres concernant cette notion d’illimité. Avantage : Le rachat de votre hébergement actuel. Nuxit et 1hebergement appartiennent à la même filiale.

WEB4ALL (dès 17 euro/an) est un hébergeur alternatif qui peut convenir à plus d’un d’entre vous.

INFOMANIAK (120 euro/an, 10 mois gratuits lors de transfert de changement d’hébergeur, data center en Suisse) est le contrepied des hypermarchés. D’accord, c’est plus cher mais déjà nettement plus fiable. Leur plateforme sont de leur invention. Sa formule est simple : vous ne pouvez y héberger qu’un seul site avec un seul nom de domaine. Ceci explique cela, la fiabilité et la stabilité sont garanties dès le départ par cette limitation de bon sens. En revanche, l’illimité s’applique quant au nombre de bases de données, l’espace disque et le trafic :

« Chaque fois qu’un internaute visite votre hébergement, les pages et les images de votre site sont téléchargés sur son ordinateur. Cela engendre du trafic sur le réseau. La plupart des hébergeurs limitent fortement le trafic ou tout simplement limitent le nombre de hits (nombre de clics par visiteur) ce qui réduira implicitement le trafic. Nous avons choisi de laisser une marge de manœuvre très importante en ne fixant aucune limite au trafic mensuel. Les pics de trafic sont limités à 80 Mb/s ce qui peut représenter plusieurs milliers de connections simultanées par seconde; cela concerne moins de 0,01% de nos clients ».

C’est le genre d’hébergement qui convient bien à un professionnel type indépendant ou petite PME qui veut se concentrer sur un seul site et s’assurer de sa performance.

O2SWITCH (72 euro/an) est le seul hébergeur français à concurrencer les formules du continent nord-américain. N’ayant encore eu de clients ni de packs chez eux, je ne puis me prononcer. Mais de l’avis de blogueurs très exigeants qui en parlent, il est à la hauteur de leurs attentes. Outre de proposer la formule illimitée, le contact et surtout le support client y est paraît-il excellent.

La liste des hébergeurs mutualisés est encore longue et je ne les passerai pas tous en revue :

LWS, HostPapa, iPages, MyHosting, Bluehost, JustHost, GoDaddy, Nubio, ixWebhosting,…

WESTHOST est mon hébergeur pour mes besoins professionnels. Pourquoi j’ai choisi Westhost ?

Parce que c’est un des rares, si pas le seul, qui offre une formule de ‘mutualisé’ sur un serveur privé. J’aboutis à un cPanel, mes sites sont en IP fixe et j’ai mon propre SSL. Au prix du mutualisé. Lorsque j’ai passé la commande, il a fallu seulement cinq minutes, vraiment 5, pour recevoir immédiatement 4 mails : un avec les détails de ma facture, un me donnant accès tout de suite au cpanel avec les logins, un me confirmant mon nom de domaine, et un autre pour me dire que le service de transfert d’hébergeur était prêt. Une heure plus tard j’avais déjà migré un site web d’un ami, installé un autre WordPress, ajouté 4 noms de domaines, préparé toutes les bases de données et les configurations de mails. Bref, c’est au point.

WestHost existe depuis 12 ans. plus de 20.000 sites actifs. Les prix de leurs forfaits sont très compétitifs et contiennent toutes les caractéristiques standard des besoins de toute particulier ou petite entreprise. Il se démarque des autres hébergeurs en ce que tous les comptes viennent avec un serveur privé virtuel (VPS). Ce qui signifie que les utilisateurs peuvent installer leurs propres applications (non partagées), et ont un contrôle total sur son administration (plutôt que d’être limité), dans une part indépendante et sécurisée (non partagée). Avec 99.9% d’uptime.

WestHost Web Hosting

7) ATTENTION AUX REVENDEURS

C’est un prestataire qui loue un hébergement comme vous et moi mais vous le fait payer plus cher.Il n’y a rien d’autre à dire que l’évidence : on paie plus  un marchand malin dont ce n’est pas le métier pour un service qu’il ne maitrise pas, puisque lui-même dépend de son hébergeur…

8 ) UN SEUL INTERLOCUTEUR POUR TOUT

De la conception de votre site, en passant par son hébergement et sa gérance.

De grosses agences et de petits indépendants proposent une formule tout-en-un. Ce n’est pas le même principe que le revendeur. Sauf dans certains cas où le soi-disant service, très sommaire, n’est qu’un paravent. Ce genre de plan ne peut être intéressant que s’il offre un bien réel service supplémentaire au propriétaire du site. A savoir: libérer le client de tout problème et considération technique, ce qui lui permet de se consacrer tout entier à son métier et projet. L’hébergement est inclus comme une sorte de pack qui part de la conception ou installation du site à sa gérance et maintenance.  Si vous n’avez pas besoin de ce genre de prestation, ne vous y attardez pas.

Je ne vous cache pas que je pense à offrir ce genre de formule pour quelques-uns, suite à des demandes en ce sens. Dans la mesure où vous êtes nombreux à vouloir vous consacrer uniquement au contenu et non à la technique. Toutefois, ce genre d’abonnement n’est à prendre que si vous demeurez libre de partir à tout moment, comme chez un (bon) Faï et si cela vous apporte un réel « plus ». Autrement dit, faire installer son blog ou se faire construire un site web sur mesure peut aller de pair avec un hébergement. Mais si vous optez pour un interlocuteur unique, demandez toujours quelles sont les options si vous décidez de partir à l’issue de votre contrat initial, s’il vous appartient, quid de votre nom de domaine, s’il y a des frais de résiliation et si oui, quand.

Certaines grosses agences proposent tout et disposent de leurs propres data center. C’est une solution. Ils en sont responsables. Si l’agence le mentionne comme argument commercial, c’est néanmoins un point à vérifier ailleurs que dans leur pub… Une mention telle que « Nos serveurs sont situés dans des datacenters en France » est insuffisante (vu chez un gros marchand). Ces formules sont généralement très chères et vous engagent à payer des sommes astronomiques à très long terme. Si vous êtes un particulier, c’est probablement à proscrire car au total les prix avoisinent parfois celui d’un remboursement crédit voiture!

Les sites fabriqués par les « builder » des hébergeurs. Ce sont des logiciels fournis avec votre hébergement pour faire votre site vous-même. Là, c’est souvent un souci. Les résultats sont très médiocres. Et si vous décidez d’aller voir ailleurs, il faudra tout recommencer.  Même remarque pour les packs e-boutiques. Ces boutiques sont chères et  mal fichues. Au prix de ces packs, offrez-vous plutôt les services d’un webdesigner spécialisé en e-commerce. Surtout si votre boutique est modeste, car dans ce cas vous paierez plus au départ mais rien à long terme. Meilleur ROI pour vous.

D’autres prestataires plus petits, des indépendants, n’ont évidemment ni les moyens techniques ni financiers de disposer d’un data center. Vous serez soit hébergés sur leur propre serveur dédié dans une formule « réseau » ou « plateforme de blogs », soit chez un hébergeur traditionnel. En fait, exactement comme la plupart des grosses agences précédentes mais qui ne le mentionnent pas. Quel est l’intérêt me direz-vous ? N’avoir qu’un seul interlocuteur pour se débarrasser du « fatras technique ». Terme que j’emprunte à l’un de mes clients ^^. Si au contraire vous aimez bidouiller dans l’informatique, chipoter des fichiers, faire des tests de plugins et scripts, ce n’est pas pour vous. Questionnez le prestataire, lisez bien les CGV, demandez-vous si cette formule vous rend réellement service. Mais dans tous les cas, si l’on vous dit que votre nom de domaine et votre base de données ne sont pas libres sans payer une certaine somme au terme d’un contrat (annuel ou bisannuel), fuyez. D’ailleurs, si vous vous acquittez du solde de votre contrat, vous devez aussi pouvoir demander la migration de votre site avant terme si vous en avez envie ou besoin. Bref, veillez à rester maitre de votre site, en toute honnêteté vis à vis de votre prestataire.

(A suivre).

LIRE

Installer WordPress en général, chez 1&1 en particulier (tutoriel)

Installer WordPress en général, chez 1&1 en particulier (tutoriel)

Posted on 22 mai 2010 in Wordpress | 85 comments

(Cet article fait partie d’un tutoriel complet sur l’installation d’un WordPress optimisé, avant installation et après qui sera rédigé en plusieurs parties. Il sera modifié ultérieurement pour affinage et illustrations).

SOMMAIRE:

Méthode rapide (une installation de base)

MÉTHODE RAPIDE INSTALLATION DE WORDPRESS


Méthode rapide étape par étape d’installation d’un blog ou site WordPress adapté à l’hébergeur 1&1. Mais vous pouvez l’utiliser pour n’importe quel hébergeur en modifiant les paramètres spécifiques qui lui sont propres. Ce qui sera différent : le code à entrer dans .htaccess et les données dans wp-config.php.

1) Connectez vous dans le panneau d’administration de votre hébergeur.

Pour 1&1 c’est https://admin.1and1.fr/ puis allez à la section Gestion du pack:

Votre page de gestion du pack chez 1and1

Votre page de gestion du pack chez 1and1. N'utilisez pas les outils express. (Cliquez pour agrandir l'image).

1.1 Allez dans Gérer mes accès FTP.

Vous tombez sur un panneau qui vous donne votre nom d’utilisateur FTP. Notez-le au passage. Cliquez sur celui-ci et choisissez un mot de passe. Retenez-le. Créer un mot de passe est indispensable.

2.2 Allez dans Administration de MySQL

Créez une base de données.Vous ne pouvez pas choisir son nom, elle vous sera imposée. Notez toutes les infos de cette base, elles correspondent exactement à ce que vous devrez entrer dans votre wp-config.php. Pour elle aussi créez un mot de passe (différent).

– si vous avez déjà tenté d’installer un wp sans succès ou plein  d’erreurs, effacez tout : les dossiers WP et le contenu de la base de données (pas la base elle-même, surtout ne l’effacez jamais, juste le contenu c’est à dire les tables).

3.3 Choisissez le répertoire de destination de votre blog

Si vous comptez charger d’autres blogs sur la même base dans le futur, il peut être utile de mettre votre premier wordpress dans un dossier précis. Le nom n’a pas d’importance, il sera invisible.

Pour ce faire, vous pouvez soit créer ce dossier avec Filezilla avec un simple clic droit puis nouveau répertoire. Soit, puisque vous y êtes et qu’il faut une demi-heure pour que tout changement soit pris en compte, faites-le ici dans le panneau de votre hébergeur. soit:

Allez dans Configurer les domaines.

Cliquez sur la case de votre nom de domaine ou le sous-domaine fourni par défaut. Cliquez sur Destination. Un menu déroulant vous permet de choisir le dossier que vous venez de créer ou, s’il n’existe pas, créez-le maintenant.

Si vous comptez installer plusieurs sites sur votre hébergement (WordPress ou non), il peut être utile de faire des dossiers par FTP. Par exemple dossiersite1 et dossiersite1. Votre WordPress ira dans dossiersite1. Uploadez le CONTENU du dossier WP dans dossiersite1 par FTP. Puis chez votre hébergeur, là où vous pouvez gérer vos noms de domaine, choisissez la bonne destination pour votre nom de domaine du site 1 : /dossiersite1

Puisque vous êtes dans le coin, pensez à vous créer tout de suite un email et un sous-domaine pour vos images ou docu (même remarque pour sa destination).

2) Paramétrez votre logiciel FTP

J’utilise Filezilla mais ces informations sont les mêmes dans tous les cas.

Allez dans le menu à Gestionnaire des sites. Cliquez sur Nouveau.

  • Nom utilisateur FTP : Il commence par un u chez 1&1. Tout hébergeur vous a fourni cette information, soit dans un message d’accueil soit dans votre console chez l’hébergeur.
  • Hôte : Entrez le nom de  votre domaine (pour moi c’est donc juste lashon.fr).  Si vous n’en avez pas encore ou préférez tester d’abord avant un transfert, utilisez le nom du sous-domaine qui vous a été fourni en attendant. Chez 1and1 il est du genre s-suivi de chiffres-online.fr. Par exemple s25538787.online.fr.
  • Si vous avez déjà un nom de domaine ou quand vous l’aurez, n’oubliez pas de changer ceci par le nom définitif.
  • Si votre nom de domaine est en attente vous pouvez également indiquer son IP (fourni par l’hébergeur).
  • Port: laissez vide ou selon autre indication de votre hébergeur.
  • Dans les autre onglets de réglages, cocher la case « Connexion en mode passif ». Si vous avez un autre hébergeur et que ça ne fonctionne pas, cochez par défaut ou testez le mode actif.
  • Pour le répertoire distant : Si vous avez entré un nom de domaine, mettre un slash :  / . Si vous avez entré le sous-domaine, mettre /htdocs/nom-du-dossier-choisi ou /htdocs si votre wordpress est à la racine du blog. Pour un autre hébergeur, je ne sais pas. En général on ne met rien ou juste un slash. Dans le doute ne mettez rien ou lisez leur FAQ.

Cliquez sur ok puis testez cette connexion.

Si tout va bien, vous voyez maintenant apparaître  un dossier log et un fichier index.html. Le ‘log’ vous n’y touchez pas. Mais supprimez le fichier index.html (qui est l’annonce de réservation du domaine par défaut que vous pouvez lire en tapant votre adresse URL).

Attention, chez un autre hébergeur, vous devrez probablement mettre toutes les sortes de contenu dans un dossier intitulé www ou parfois aussi public_html. Le cas échéant ce sera indiqué dans leur FAQ. Mais si vous voyez apparaître un dossier www, c’est certain c’est là-dedans qu’il faudra installer.

Si vous avez créé un dossier de destination pour votre premier blog, vous le verrez apparaître aussi. C’est pratique d’avoir plusieurs dossiers pour vos différents blogs. Ainsi vous voyez dans Filezilla un dossier lashon pour le blog lashon.fr, mais mon adresse URL est bien seulement http://lashon.fr. En réglant la destination de mon domaine dans le bon dossier. C’est bien sûr dans ce dossier que j’ai uploadé le contenu d’un wordpress…

3) Avant toute installation, préparez et uploadez un fichier .htaccess pour forcer php5

Si vous sautez cette étape, vous perdrez du temps ensuite. Pas de php5, plein d’erreurs dans WP. Pour une liste des codes propres à votre hébergeur voir ici.

– Créez un fichier nommé htaccess.txt avec ces lignes :

AddType x-mapp-php5 .php

AddHandler x-mapp-php5 .php

– Uploadez-le dans le même dossier que celui où vous voulez mettre wordpress. Dans la majorité des cas à la racine de votre site. Une fois chargé, renommez ce fichier en .htaccess (avec le point et sans extension). Ce fichier DOIT être enregistré au format UTF-8 (voir ci-dessous). Normalement c’est inutile mais certaines personnes ont des problèmes sans passer par là, ça ne coûte rien faites-le.

4) Préparez wp-config.php

– Décompressez la dernière version stable de WordPress. Si vous voulez votre blog directement à l’adresse de votre site (domaine), vous ne chargerez que le contenu du dossier ‘wordpress’.

– Renommez le fichier wp-config-sample.php en wp-config.php.

– L’ouvrir, le paramétrer convenablement avec les infos de la base de données créée auparavant.

/** Nom de la base de données de WordPress. */
define('DB_NAME', 'votre_nom_de_bdd');

/* Fourni au moment de la création de la base de données, il commence par db */

/** Utilisateur de la base de données MySQL. */
define('DB_USER', 'votre_utilisateur_de_bdd');

/* Renseigné au moment de la création de la base, il commence par dbo
(il est donc différent du nom d'utilisateur pour ftp qui lui  commence par un u suivi de chiffres) */

/** Mot de passe de la base de données MySQL. */
define('DB_PASSWORD', 'votre_mdp_de_bdd');

/* celui que vous avez choisi pour SQL, sinon c'est le même que votre mot de passe pour l'accès au service 1&1 */

/** Adresse de l'hébergement MySQL. */
define('DB_HOST', '');

/* Renseigné au moment de la création de la base, il est du genre db1582.1and1.fr */

Tant qu’à faire, changez le préfixe des tables wordpress qui seront installées. C’est mieux côté sécurité et cela vous permet de prévoir une éventuelle future installation d’un autre blog. Vous choisissez ce préfixe. Par exemple vous désirez blogprincipal44. Le résultat sera la création de tables du type blogprincipal44_options au lieu de wp_options. Changez la ligne :

$table_prefix  = 'wp_';

par :

$table_prefix  = 'nom-choisi_';

Enregistrez votre wp-config.php au format UTF-8 sans BOM, sinon plantage.

Attention, au moment d’éditer et sauvegarder votre fichier wp-config.php et .htaccess avec un éditeur de texte, il faut le faire au format UTF8 sans Bom. Notepad+++ ou Smultron (Mac) réalise la chose très bien. Au moment d’enregistrer, choisissez dans le menu à l’onglet « codage » l’option « UTF-8 sans BOM ».

Voir ici le cas particulier de l’hébergeur gratuit Free : Tout sur WP et Free.

5) Uploadez WordPress sur votre hébergement

Avec un logiciel FTP, uploadez le contenu du dossier WordPress (pas compressé) là où votre domaine est prévu : un dossier, à la racine, un sous-dossier. A vous de voir. (Si vous chargez le dossier WordPress, ceci donnera comme adresse mondomaine/wordpress. Donc pensez bien à ne charger que le contenu de ce dossier. Ou le renommer et régler la destination comme indiqué plus haut).

Vous pouvez aussi aller plus vite en uploadant un dossier WP compressé via le panneau FTP chez votre hébergeur. A condition qu’il offre une fonction décompression. Sans quoi cela ne vous sert à rien. C’est le cas de 1&1. Plus rapide.

6) Lancez l’installation

Si toutes les étapes précédentes sont respectées, vous êtes prêts à installer. Cette étape va maintenant créer des tables de données WordPress sur votre base de données. Allez à l’adresse de votre site vous verrez :

lancer installation

Vous arrivez directement dessus puisque vous avez déjà configuré votre wp-config.php

Ceci est valable pour la version WP 2.9.2. A partir de la version 3.0, vous pourrez directement choisir votre login.

Erreurs ?

Si une fois installé vous voyez des erreurs ou des choses bizarres, il faut avoir deux réflexes pour ne pas perdre votre temps:

Vérifier que votre hébergeur soit bien passé en php5 ( ne vous contentez pas de ce qui est écrit ou promis). Puis, vous avez peut être mal configuré le .htaccess (respect du format UTF-8). Faites le test rapide du phpinfo.

– Une erreur 500 et un « headers already sent » sont  symptomatiques d’un mauvais encodage de vos fichiers wp-config.php,  .htaccess et tout fichier php.

– Si vous êtes bien en php5, il est possible que certains fichiers de WP aient été chargés de façon incomplète. Mais maintenant que WP est installé, vous pouvez utiliser la fonction de mise à jour automatique. Dans le tableau de bord de votre WP, allez dans Update ou dans Outils -› Mises à jours et cliquez sur recharger l’installation complète.

7) Menue suite à l’installation

Ajoutez tout de suite un administrateur (vous) avec un login autre que ‘admin’. Puis supprimez admin. Depuis la version WordPress 3.0 ce n’est plus nécessaire.

Une fois votre blog en ligne, vous pouvez administrer votre base de données via https://phpmyadmin.1and1.fr/. De là vous pouvez optimiser les tables. Puisque c’est tout neuf, faites une une première sauvegarde de cette installation.

Dans votre tableau de bord WP, procédez aux divers réglages selon vos désirs. Optez tout de suite avant de poster un premier article pour une structure de permaliens en format pro et sympathique :

/%category%/%postname%/

Je vous suggère de vous créer une adresse Email sur Gmail afin de vous inscrire à un service de statistiques externe de votre blog : Outils de statistiques pour votre blog et site: Google Analytics et WP Stats

Connectez-vous au le tableau de bord de votre WordPress.

Askimet : Il vous faudra activer le plugin Askimet (dans l’onglet Extensions) qui est un puissant antispam.  Il vous demande donc une Api Key (une clé). Cliquez sur le lien pour la créer, vous obtiendrez en même temps un compte chez WordPress.com. A ne pas confondre avec votre WP. Notez-la absolutement, c’est la même que pour l’outil de Stats wordpress.com et vous en aurez besoin à chaque mise à jour.

Pour plus sur ce chapitre ‘suite’, un long tutoriel est en préparation, juste trouver le temps de le finir…

Grosse suggestion, faites un fichier texte pour vous où vous consignez toutes ces informations et imprimez-le.

N.B. : tout fichier de Template, soit tout fichier d’un thème WP que vous prenez en anglais ou autre DOIT être enregistré au format UTF-8.

Vous pouvez également visualiser la procédure d’installation WP dans un guide visuel flash chez Infomaniak.

LIRE

Transférer son nom de domaine et changer son WordPress d’hebergeur

Transférer son nom de domaine et changer son WordPress d’hebergeur

Posted on 14 mai 2010 in Wordpress | 2 comments

Suite à l’aventure d’une migration, petit résumé pour transférer votre nom de domaine (avec ou sans transfert d’hébergement) :

 

Transférer votre domaine sur un autre hébergeur est invisible pour vos visiteurs

 

Connectez-vous dans la console d’administration de votre hébergeur actuel, trouvez la gestion de votre nom de domaine (cela se trouve en général dans la configuration de vos noms de domaine) et repérez la Clef d’autorisation (parfois nommée Authcode). Notez-la vous en aurez besoin. Si elle s’y trouve, enlevez la protection sur celui-ci ainsi que la protection de votre email.

Envoyez un mail à votre hébergeur que vous quittez via le support pour les avertir et confirmer la demande de déverrouillage. (si votre domaine est en .com il y a de chances qu’il soit locké).

Connectez-vous à la console de votre nouvel hébergeur où vous allez migrer. Ajoutez votre nom de domaine, il sera indiqué que celui-ci est déjà pris un lien pour le transférer chez eux. Vous devrez renseigner la clé d’autorisation notée plus haut.

Puis attendre, surveillez des deux côté la procédure en cours (l’état de celle-ci doit être indiquée).

Petit truc : pensez, en installant le double de votre site/blog chez votre nouvel hébergeur à préparer directement le dossier de destination où vous voulez faire pointer votre nom de domaine chez votre nouvel hébergeur.

Pour ce qui est de la procédure technique du transfert de votre blog WordPress, je vous laisse au bon soins de quelques articles:

Je conseille aux débutants ou les personnes trop peu à l’aise avec l’informatique de choisir la méthode

Importer Exporter ses articles via WordPress.

Ce qui veut impérativement dire que vous devez d’abord préparer votre nouveau WP avant de migrer votre domaine et votre contenu.

Installer un WP chez votre nouvel hébergeur.

Ouvrez en parallèle vos deux WordPress, l’ancien et le nouveau (vierge).

Dans l’ancien, sauvegardez vos articles via Outils => Exporter

Dans le nouveau :

Virez les articles et pages par défaut (les ‘bonjour tout le monde’).

Assurez-vous que la catégorie par défaut porte le même identifiant (celle nommée ‘non-classé’ par défaut)

Réglages : vérifiez un à un chaque réglage, tout doit être identique (n’oubliez pas de faire pareil avec vos plugins et widgets).

Importer vos articles (Outils => Importer) avec les fichiers joints (qui importera aussi toutes vos images).

Si tout fonctionne bien, vous pouvez maintenant faire la demande de transfert de votre nom de domaine.

Je préfère la méthode via  SQL (console phpmyadmin). Elle est plus sûre et va plus vite, surtout si vous avez beaucoup de dossiers externes à WP avec de nombreux fichiers (images, albums, vidéos, mp3…). Mais pas toujours.

Petite note en ce qui concerne le transfert d’hébergement vers 1&1:

Sachez que contrairement aux apparences, vous pouvez importer votre ancienne base de données (heureusement!). Seulement il n’y a pas d’onglet ‘importer’. Il faut passer par l’onglet SQL et trouver en bas un « parcourir » emplacement d’un fichier texte. N’oubliez pas le cas échéant d’ouvrir préalablement votre base et de modifier le nom de la base sauvegardée ailleurs par le nom de la base chez votre nouvel hébergeur…

Si vous obtenez une erreur SQL suite à l’importation de votre fichier base de données (restauration ou migration), petit truc fort utile : importez les tables wp une à une.(wp_posts, wp_options, etc) en format zippé.

 

 

La méthode complète : importer son blog via sa console SQL

 

LIRE

Ces hébergeurs qui fâchent : Online Dédibox

Ces hébergeurs qui fâchent : Online Dédibox

Posted on 14 mai 2010 in Internet | 8 comments

Online, Free et Dédibox appartiennent au groupe Iliad, même infrastructure technique. Pourquoi payer alors que Free est gratuit?

Depuis deux ans je maintiens la partie technique du site web d’une personne chez Online.net. Crispations et prises de têtes récurrentes. Ils n’ont jamais eu de console FTP pour charger via le web.  Leur FAQ ne sert à rien, il faut deviner presque tout. A l’époque j’avais réalisé ce gros site pour une auteure, un Web + Blog assez complexe qui la délivrait d’un ancien site en html amateur mal fichu, mais bien plein. Bref il fallait tout refaire.  Ce n’est rien, fabriquer un espace Web est passionnant. Perdre son temps à déchiffrer (deviner plutôt) des informations pour pouvoir mettre en ligne, c’est franchement pompant. Passons.  J’ai perdu des heures alors à fouiller le moindre recoin d’Online pour avoir accès à ce qui devrait être fourni dans un simple mail. Des logs de connexion totalement différents, des noms de base et de serveur ftp complexes et bizarres (répétition du login sans point puis avec point). Imaginez un Newbie là-dedans ?

Free est plus libre que sa version payante...

Puis, pour l’utilisation de WordPress, aucune mise à jour automatique possible, faut tout faire manuellement. Pour ce mauvais service cette personne paie 42 euro / an avec une seule base de données, 500M et rien comme options. En sus, je ne vous raconte pas le nombre de fois où via Filezilla j’ai été amenée à recommencer le trèèès lent chargement d’un WordPress durant les périodes de mise à jour (30 minutes… fois deux). Planté, l’upload. Quand il n’était pas inaccessible. J’avais moins de problèmes avec mes vieux sites web sur Free… pourtant c’est la même enseigne, sauf que l’un est payant l’autre gratuit.

Online nous laissera-t-il les quitter sans encombre ?

A force de me voir souffrir, elle accepte de changer d’hébergeur. D’autant que ce sera moins cher, plus stable, plus gros, plus pratique (mise à jour et installations de plugins ou autre automatiques. Bref, que des avantages. Elle commande donc hier un pack initial chez 1&1, paie, tandis que je commence à préparer la migration sur le même nom de domaine d’un hébergeur à l’autre.

De Online à 1&1.

Je m’attendais à devoir attendre. Non. 1&1 fait dans la célérité. Commandé hier matin, tout est prêt et activé ce matin, soit moins de 24h plus tard.

Manger ou être mangé, tel est le sort de toute entreprise commerciale.

Pour migrer d’un domaine à l’autre j’ai besoin de sauvegarder sa base de données. Surprise à tester par vous-même : le lien habituel chez Online.net affiche désormais ‘Forbidden Access. Plus rien. M’enfin… Très pro tout ça… J’ai demandé à la propriétaire du site si elle avait reçu une info de changement.  Rien. Recherche sur Google, introuvable. Mais je finis pas comprendre que Dédibox a fusionné avec Online. Quel rapport ? C’est là où ça devient marrant. Le lien qui va me ramener chez Online c’est… Dédibox. Online modifie ses liens sans prévenir ses clients. Vraiment pro.

Désormais, pour accéder à Online il faut passer par la console Dédibox, alors que ces derniers sont passés chez Online. Oui, oui.

Si vous cherchez Dédibox ou Online sur Google, aucun lien ne fonctionne, sauf un : Console Dédibox (pour accéder à votre compte Online.net…)

En fait Online s’est associé avec Dedibox (Free-Online-Dedibox même combat du groupe Iliad). D’accord, c’était il y a un an, mais comment le savoir puisqu’ils viennent à l’instant d’actualiser leur site (sans exagérer, c’est une affaire de minutes). Il fallait deviner. C’est comme la Loi : nul n’est censé ignorer la loi, nul n’est censé ignorer le déménagement de son hébergeur. Ni le faite et que c’est désormais en se connectant chez Dedibox que l’on accède à son compte Online, alors que la pub pour l’hébergement est sur le site Online. Vous suivez ?

Chez 1&1, la réponse au transfert de domaine n’a pris que deux heures. Malheureusement, le domaine est verrouillé: Registar Lock.

Donc, satisfaite de la rapidité du processus, nous voilà maintenant bloqué à l’administratif. La poste, les bureaux, quelque employé débordé mal payé et surchargé trouvera peut être un de ces jours le temps de répondre favorablement à la demande de déverrouillage. A suivre.

Le site était pourtant prêt en moins de 20h entre le moment de la commande, du paiement, de l’activation, de la création de la base de données, upload du site, configuration des bon répertoires cibles, tout est ok si vite.  Online m’aura encore pris la tête une fois de plus. Une solide cette fois.

Notez qu’en sus j’ai joué de malchance car visiblement hier Online était en maintenance. A la minute où j’achève cet article, leur lien est enfin accessible… pour quelques minutes, parfois oui parfois non, après 24h de néant sur la Toile.

Update 17h : Apparemment il n’y aura pas d’ennui. L’unique difficulté aura été de trouver les bons liens et une fois dans la console les infos pertinentes, vous savez comment c’est…jamais très clair. Un mail de ma part via cette console au service de support a trouvé réponse deux heures plus tard, c’est en cours de déblocage. Cela se traduit par une procédure automatique, un mail de Bookmyname (le Registrar sous-traitant de Free, Online et Dédibox) qui avertit en majuscules que nous allons « perdre le nom de domaine » d’ici au 19 mai si on ne clique par sur un lien pour refuser (mais pas de lien pour accepter plus vite). Au-delà le transfert sera automatique. Migrer un site n’a rien de difficile pour moi, mais encore une fois je pense aux gens pour qui l’informatique et tous ces machins techniques aux noms barbares qui leur refilent une grosse migraine et les laisse sur le carreau du je-n’y-comprends-rien.

Voilà narrée l’histoire d’une migration d’hébergeur pour le nom de domaine et hébergement, au cas où ça servirait à d’autres. Finalement cela se déroule assez vite et bien, si on y passe le temps nécessaire pour fouiller. Comme d’habitude pour tout service commercial quelque soit le domaine du service. Mais il y en a de pires qui vous bloquent à coup de frais de résiliation ou en chemins longs et tortueux, c’est donc une histoire qui finit bien mieux que mille autres que j’ai pu lire sur des forums et des blogs.

Côté technique voir Transférer son nom de domaine et changer hébergeur

LIRE

Mise à jour vers WordPress 2.9 et 2.9.1

Mise à jour vers WordPress 2.9 et 2.9.1

Posted on 20 décembre 2009 in Wordpress | 3 comments

update or not update

Update or not update, that's the question

Lashon est passé en version WordPress 2.9 en une minute avec la fonction automatique. Aucun souci à signaler ni ajustement nécessaire (à toute fin utile mon hébergeur est 1and1).

Toutefois, pour les distraits, avant d’effectuer cette mise à jour, assurez vous que votre hébergeur est bien en php 5, celui-ci est indispensable à partir de la version wp 2.9. Sans quoi cette mise à jour vous causera des tonnes de problèmes.

Sommaire

Forcer votre hébergeur vers php5 (autre article)

Comment connaître la version php de votre hébergeur ? (autre article)

Rappel procédure mise à jour de WordPress

Nouveautés dans WP 2.9

Vidéo WP 2.9

Configurer wp-config

Choisir le nombre de mots affichés dans les extraits d’articles

Intégrer une vidéo plus vite

Publication différée des articles

WordPress, gestion des miniatures

Rappel procédure mise à jour de WordPress

1) Tout d’abord faire une sauvegarde de votre :

– dossier wp-content (via ftp)

– fichier wp-config.php (via ftp)

– base de données (soit via le plugin wp-db-backup soit via votre console mysql phpmyadmin de votre hébergeur)

– Contenu du blog (facultatif) : dans le tableau de bord de votre WordPress, allez dans l’onglet « Outils » puis choisissez la fonction « exporter ».

2) Désactivez vos extensions (plugins).

3) Vérifiez que votre hébergeur vous donne bien du php5. Au besoin forcez-le en paramétrant un .htaccess.

4) Mettre à jour.

Si votre hébergeur le permet, cliquez sur le lien de mise à jour automatique dans votre tableau de bord.

Si votre hébergeur ne permet pas les mises à jour automatiques (Free, Online, …):

Uploadez avec votre logiciel client ftp (Filezilla) le contenu de la nouvelle version en écrasant les anciens fichiers, SAUF le dossier wp-content et wp-config.php. Uploadez aussi le dossier « langages » du dossier wpcontent de le nouvelle version dans votre wpcontent actuel .

Puis visitez votre site à votre URL additionnée de /wp-admin/upgrade.php

5) Réactivez vos extensions. En cas de problème, désactivez tout et réactivez une à une pour trouver celle qui cause l’erreur ou le plantage. Ensuite attendez que son développeur ait fait la mise à jour de son plugin avant de l’utiliser.

Nouveautés de WordPress 2.9

Wordpress 2.9

Bonnes fêtes

Toute la communauté des utilisateurs et développeurs WordPress attendaient la version 2.9. Elle est là depuis quelques heures et se nomme Carmen (documentation officielle en anglais). Si vous êtes débutant, je vous suggère d’attendre quelques semaines avant de passer à 2.9, histoire d’attendre les corrections des bugs éventuels.

Vidéo de présentation 

Quelques points notables (parmi 500 modifications et corrections de bugs):

  • Un éditeur simple d’image
  • Une poubelle (restaurer et supprimer définitivement articles et pages)
  • Intégration directe de vidéos et fichiers audio par leur URL (sans plus devoir passer par un plugin ou un code)
  • Mise à jour de dix extensions (plugins) à la fois
  • Prise en charge de l’attribut rel=canonical pour éviter le phénomène du duplicate content (meilleur référencement)
  • Les commentaires des 2 thèmes livrés par défaut sont désormais valides XHTML
  • MySql 4.1.2 est dorénavant requis au lieu de 4.0 (important pour votre choix d’hébergeur)

Pour les développeurs de thèmes:

  • Mise à jour de l’éditeur TinyMCE vers 3.2.7
  • Capacité à gérer la publication automatique des vignettes de vos articles (images miniatures ou thumbnails)
  • Capacité d’ajout de métadatas (données informant de l’acte de publication dans les articles et commentaires)
  • L’adresse du dossier répertoire des thèmes (template_url) peut être changée
  • Capacité de réparation automatique de votre base de données
  • Capacité à personnalisation les CSS des articles
  • Capacité de filtrer la gestion des extraits

Ajouts au fichier wp-config.php

Ne pas permettre les révisions automatiques de vos articles ou en définir le nombre. Ne pas permettre la poubelle ou forcer son vidage selon délai.

Repérez la ligne

define ('WPLANG', 'fr_FR');

et ajoutez dessous les lignes qui vous intéressent :

/** fonction ne pas garder plus de 1 revision des posts */
define('WP_POST_REVISIONS', 1);
/** fonction désactiver toutes les revisions des posts */
define('WP_POST_REVISIONS', FALSE);
/** fonction vidage poubelle après 10 jours */
define( ‘EMPTY_TRASH_DAYS’, 10 );
/** enlever totalement la fonction poubelle */
define(’EMPTY_TRASH_DAYS’, 0);
/** C'est tout, ne touchez pas à ce qui suit ! Bon blogging ! */

En cas de crash de votre base de données

Si rien ne fonctionne en visitant votre phpmyadmin, une petite nouveauté avec wordpress 2.9: la fonction réparation automatique de la votre base de données, à ne mettre dans wp-config qu’au moment d’un souci pour réparer ou optimiser.

define('WP_ALLOW_REPAIR', true);

Puis aller à l’adresse: http://ici-coller-url-de-votre-site/wp-admin/maint/repair.php

Du code à ajouter dans vos thèmes

Pour profiter pleinement de cette nouvelle version, on peut retoucher ses fichiers php avec quelques fonctions supplémentaires.

Filtrer les extraits (the_excerpt)

Par défaut l’extrait d’un article comptait un maximum de 55 mots. Vous pouvez ajuster à votre guise

Dans votre functions.php

function custom_excerpt_length($length) {
	return 150;
}
add_filter('excerpt_length', 'custom_excerpt_length');

Nouvelle gestion des miniatures à afficher aux côtés des extraits d’articles

De nombreux articles en parlent déjà (faites travailler vos moteurs de recherche). Voir aussi

Intégrer une vidéo

Il suffit de coller directement l’URL (l’adresse du lien) de la page. Tel quel. Ni embed, ni entourer ce lien vidéo de la fonction url de l’éditeur visuel.

Publication différée des articles

Il semble avoir un souci de ce côté. Il faudra attendre les corrections du bug, un trac est ouvert côté développeurs. En attendant, on peut utiliser la fonction « modification rapide » et publier manuellement si cela pose problème.

Update :  Tout fonctionne désormais. Il suffit d’indiquer la date et l’heure choisie et de publier.

Simple tag

Ce plugin pose problème avec 2.9. Il faudra attendre un update.

Update: Ayant mis à jour par son développeur, plus aucun problème avec ce petit bijou que je vous recommande.

Ressources:

That’s All Folks!

Update 22 déc 2009 : WordPress 2.9 comment faire face aux premiers bugs

LIRE