LASHÔN - WordPress Création Sites Internet

Navigation Menu

Kimsufi nom de domaine en .FR – domaine sur serveur dédié

Kimsufi nom de domaine en .FR – domaine sur serveur dédié

Posted on 27 septembre 2012 in Internet | 6 comments

Kimsufi nom de domaine : comment ajouter un domaine .fr sur un serveur dédié

Nom de domaine extension .fr

Les extensions en .FR sont gérées par l’Afnic.

Tutoriel simple et sans console de lignes de commande pour ajouter un nom de domaine dans n’importe quelle extension, et le cas particulier du .FR. L’extension en .FR a ses propres règles, imposées par l’Afnic, si bien que son ajout sur un serveur dédié peut s’avérer une prise de tête. Pourtant, il suffit de respecter scrupuleusement quelques étapes pour arriver à installer votre nom de domaine sur un serveur dédié, Kimsufi ou autre, que votre nom de domaine soit en .fr ou autre extension, ou pour transférer un nom de domaine en .fr sur Kimsufi en particulier.

D’abord, si vous venez d’acheter votre nom de domaine, ne faites aucune opération décrite ci-dessous tant que vous n’avez pas reçu le mail de votre hébergeur qui indique que le domaine est disponible. Il faut tout de même compter 24 heures pour valider une commande et permettre au Registrar de créer le nom de domaine.

Pour résumer l’opération kimsufi nom de domaine: un changement de dns pour les domaines génériques est rapide. Pour une extension en .fr, compter un bon 24 heures minimum. Et si transfert d’un site déjà ancien, compter 48h (ceci sans compter les 24 heures supplémentaires si vous venez de l’acheter).

Marche à suivre pour ajout de domaine en .fr

1° dans OVH Manager

A la section serveur dédié ou kimsufi du  Manager OVH (et non l’interface du dédié) :

Ajouter le nom de domaine sur les DNS secondaire :

serveur dédié → Services → Domaine secondaire

OVH Manager dns secondaires

Chez OVH, allez dans Serveur dédié, puis dans Services, puis dans DNS secondaires.

2° Attendre et ne rien faire : au moins 20 minutes

3° dans Kimsufi Webmin

Ajouter le nom de domaine sur le serveur

OVHm → Ovh Virtual Hosting Management → Ajouter un domaine

Kimsufi Webmin liste noms de domaines

4° Redémarrer tous les services du serveur

Toujours dans Webmin, redémarrez les services. Si vous ne le faites pas, vous pouvez attendre une éternité;-)

Ces opérations sont indispensables afin que la ZoneCheck et le serveur dédié puissent se synchroniser.

A partir de là il faut attendre que ces informations se propagent et que l’Afnic puisse enregistrer les nouvelles infos.

C’est aussi indispensable pour que l’adresse physique du type http://ksXXXX.kimsufi.com/~utilisateur/ existe et soit utilisable

Vérifiez par vous-même. Si vous obtenez une page Index of /, le répertoire et la zone sont prêts, sinon cela n’existe pas et vous aurez le message d’Apache

5° Attendre et ne rien faire au moins 2 heures

Vous devez attendre, généralement quelques heures suffisent, parfois jusqu’à 24 heures.

Vous pouvez déjà préparer vos fichiers physiques et uploader le tout, soit via filezilla, soit via Putty, soit Webmin dans le gestionnaire de fichiers

Juste les fichiers, pas une installation de script (et pas installer wordpress ou Joomla évidemment).

Si vous essayez d’installer un CMS avant ça, vous n’aurez droit qu’à une belle erreur. Un tuto pour installer WordPress sur Kimsufi sera l’objet d’un prochain article.

6° Vérifier la zone check

Vérifiez que vous obtenez un résultat Succès sur le site de l’Afnic, via le formulaire avancé pour la ZoneCheck (ne tenez pas compte des avertissements). Tant que la zone check ne passe pas, inutile d’aller plus loin et changer les dns, vous aurez un message d’erreur. Il faut avoir un Success. Si c’est le cas, alors vous pouvez passer à l’étape suivante, soit pour installer votre nouveau site, soit pour transférer un nom de domaine.

edit: merci à « nowwhat » qui signale sur le forum kimusufi que le message d’avertissement demeurera car le serveur ‘ns.kimsufi.com’ ne répond pas au ping.

Zone Check Afnic

Entrez votre nom de domaine, les dns, laissez les IP vides

Sinon vous obtiendrez :

erreur
DNS update failed. Fix the zone-check error, and relaunch the operation. The zone-check error is: [TEST présence d'un enregistrement SOA]:
réponse refusée par le serveur: (SOA votre-nom-de-domaine.fr)

Mais aussi, le répertoire créé dans le serveur ne fonctionnera pas et va générer une erreur 404 Not Found

The requested URL /~login was not found on this server.

Dans ce cas, il faut supprimer l’ajout et recommencer

7° Changer les dns d’origine

Maintenant, enfin, vous pouvez renseigner la nouvelle adresse de votre hébergement, c’est à dire indiquer les DNS du serveur kimsufi ou autre serveur dédié, ou autre hébergement. Allez dans votre Manager OVH (ou chez votre Registrar) et sélectionnez le nom de domaine concerné. Allez à la partie Hébergement, puis DNS, puis Modifications DNS. Et là on entre les DNS de votre kimsufi (ou de votre dédié) :

ksXXXX.kimsufi.com
ns.kimsufi.com

DNS Kimsufi OVH

8° Attendre la propagation des nouveaux DNS

C’est l’histoire de quelques heures pour un nouveau domaine. En cas de transfert, compter 24 à 48h que la propagation fasse le tour de la planète.
De toute façon, si vous êtes chez OVH c’est simple: attendez au minimum le mail qui signale que c’est fait.
Vous devez obtenir le mail « Nos robots viennent de procéder au changement de serveur dns sur le domaine…. ». C’est assez rapide, dix minutes à une demi-heure.
Pensez à nettoyer votre cache DNS sur votre PC. Vous pouvez également vider le cache de vos DNS avec Ccleaner, ou en tapant ipconfig/flush dns dans votre la console de commande. Ensuite attendez que ça se propage.

Note facultative si le nom de domaine ne vous appartient pas

En général ceci se paramètre automatiquement pour toute nouvelle commande, mais je signale quand même la question de la délégation sécurisée (DNSSEC):
Pour que l’ajout de nom de domaine en .fr sur kimsufi fonctionne, l’identifiant du contact OVH doit être unique. Si vous hébergez un nom de domaine en .fr d’un ami, vous devez vous mettre en contact « administrateur » afin que l’identifiant OVH soit unique. C’est dans le Manager de votre ami qu’il faut modifier le contact évidemment (lui demander).

A noter que théoriquement, la propagation complète et mondiale exige 24h: « DNSSEC deactivated. To avoid validation failure on your domain by external validating cache servers, we’re waiting 24h to be sure the change is propagated worldwide ».
You can skip this step if you don’t want to wait. »

Si votre site existe déjà ou en cas de transfert de nom de domaine

Il va falloir jouer serrer avec votre fichier host. Si vous vérifiez encore dans le formulaire de l’Afnic, vous aurez cet avertissement normal:

avertissement ---- a: L'hôte ne répond pas aux requêtes ICMP (présence d'un pare-feu?) * ns.kimsufi.com./213.166.25.199

Il faut juste attendre.

Ajout de nom de domaine dans une extension internationale

Pour les noms génériques en .net et .com, inutile d’attendre entre les étapes. On peut tout faire à la chaine l’un après l’autre, l’attente ne concerne alors que la propagation des dns. Autrement dit, une fois que le domaine est créé chez votre Registrar, faites toutes les opération décrites, puis attendez un peu, c’est bon.

A noter qu’avec une licence cPanel, il est obligatoire de commencer par l’ajout de nom de domaine dans le cPanel avant la modification

NE PAS FAIRE :

NE PAS laisser les www : www.domaine.fr mais seulement domaine.fr. Exemple: lashon.fr

Ressources:

Installation d’un domaine secondaire sur serveur dédié
Comment installer un domaine sur mon serveur dédié ?
Comment basculer du mutualisé au dédié
Configuration des DNS d’un domaine pour un serveur dédié

LIRE

Dossier Hébergeurs (5) : Où acheter ses noms de domaine ?

Dossier Hébergeurs (5) : Où acheter ses noms de domaine ?

Posted on 18 janvier 2011 in Internet | 56 comments

Cet article fait suite à  Hébergeurs et Noms de domaine: bien choisir et s’en protéger (4)

PARTIE II – OÙ ACHETER SES NOMS DE DOMAINE

Nom de domaine hors pack d’hébergement

terrain a batir

Construisez votre site sur le NDD, pas l'inverse. Laissez-le indépendant.

Le nom de domaine (NDD), c’est votre réelle propriété. Le terrain à bâtir pour votre site. L’hébergement peut varier cent fois, le nom de domaine, lui, reste fixe.

Sommaire du dossier

Partie I – Les plans d’hébergement de sites web et blogs

  1. Introduction – quelques définitions
  2. La politique de sur-utilisation
  3. Le « tout illimité » en mutualisé
  4. Financer son abonnement par la pub
  5. Suspension du service pour défaut de paiement
  6. Les packs mutualisés
  7. Attention aux revendeurs
  8. un seul interlocuteur pour tout
  9. Points à vérifier
  10. Quelle formule choisir?
  11. En cas de litige et prévention

Partie II – Registars et noms de domaine
Partie III – Conclusion et Un hébergeur pour WordPress

CONSEIL : NE JAMAIS ACHETER VOTRE NOM DE DOMAINE CHEZ VOTRE HÉBERGEUR.

(le soulignage en rouge est demandé par Aphrodite, un des commentateurs de ce blog, j’acquiesce car il a raison, c’est très important)

Un nom de domaine est votre propriété. On ne peut d’ailleurs pas modifier le nom du propriétaire sans l’accord de celui-ci et c’est un service payant (une trentaine d’euro). Donc faire attention au moment de l’enregistrement. La société mandatée pour l’enregistrement d’un nom de domaine s’appelle un Registrar. La plupart des hébergeurs sont aussi des Registrars, mais pas toujours. L’hébergement de votre site web est donc une opération totalement indépendante de l’enregistrement de votre nom de domaine. Mais pour des raisons commerciales, les hébergeurs vous proposent de vous enregistrer au passage. Ce n’est pas obligatoire et plutôt déconseillé.

Je sais, c’est facile et alléchant, mais ne profitez pas d’un pack tout compris, hébergement + nom de domaine. Si le pack vous en offre un, ajoutez-le plus tard. Utilisez-le par exemple pour réserver une autre extension de votre NDD (nom de domaine). Exemple : monsite.com est votre domaine principal, prenez dans votre pack un monsite.net. Une adresse que vous n’utilisez pas, mais qui protège votre nom pour une autre extension.

Car il faut tenir compte d’un éventuel litige avec votre hébergeur ou d’un déménagement vers un autre hébergeur. Certains n’hésitant pas à totalement bloquer votre site et sans avertissement. Parfois c’est pour un petit défaut de paiement pour l’un de vos services qui se répercute sur l’ensemble de vos services. Ou pire, votre site est populaire, il consomme donc beaucoup. Sur un hébergement mutualisé ça revient trop « cher » à l’hébergeur. Aussi il va tenter de vous obliger à prendre un plan supérieur, parfois tellement supérieur que c’en est risible. Et quand vous ne pourrez plus avoir accès à votre interface pour régler la situation ou sauvegarder votre base de données pour aller migrer ailleurs, il sera trop tard. Donc… soyez prévoyants. Ou soyez absolument certain de ce que vous faites avec votre site. Autrement dit, pour la majorité d’entre vous ce ne sera pas possible.

Tenir compte aussi, simplement, de votre besoin ou envie de changer d’hébergeur. Si votre nom de domaine est compris dans le pack, vous serez obligé d’effectuer un transfert. Ce peut être long et pas facile pour un néophyte. Pas seulement pour un néophyte. Quand je dois effectuer un transfert pour un client, je dois toujours relancer la procédure, vérifier, causer avec un technicien, ça ne se passe jamais simplement. Alors que si votre nom est réservé ailleurs, il suffira, en tous temps, d’indiquer l’adresse de votre hébergeur à celui-ci. Dans le jargon technique, on parle de renseigner les DNS de l’hébergeur. Et ceci n’est pas compliqué, bien moins que se coltiner un transfert.

Par ailleurs, quand vous réservez un nom de domaine chez votre hébergeur, en fait vous leur confiez la gestion technique (sans qu’il y a ait gestion pour autant) et parfois plus. Chez certains, il est impossible de migrer son nom sans payer lourdement ou sans vous mettre de gros battons dans les roues.

PRIVACY WHOIS

Le Whois, c’est ce qui permet d’afficher tout ce qui concerne votre nom de domaine sur Internet. C’est public. Faites le test pour connaître les détails de ce qui vous concerne.

Votre nom, prénom, adresse, téléphone, email, hébergeur, date création du site, sont ainsi livrés en pâture au monde entier. Obligatoire pour une société, il convient de préserver les données d’un particulier. On appelle ça un privacy whois. Tous les hébergeurs n’offrent pas cette option ou vous la font payer, et dans ce cas aussi cher que le prix du NDD. Je sais qu’il y a des recommandations de l’Internic qui disent que normalement c’est théoriquement interdit. Mais concrètement, c’est plus que possible. A vous de voir.

Où ACHETER ET POUR QUELLE EXTENSION

En France, voire en Europe, il y a peu de choix pour obtenir le service de la confidentialité. Je n’ai trouvé que OVH et Amen pour le whois privé et c’est gratuit. Je ne fais pas grand cas de Amen, donc pour moi il n’en reste plus qu’un…. Pour les domaines en .fr, c’est toujours privé car c’est l’Afnic qui gère cette extension et en a décidé ainsi. Ailleurs, il y en a d’autres. Voir plus bas.

Il faut aussi tenir compte de l’ensemble des services. L’achat d’un nom de domaine doit vous permettre un total contrôle : gestion des DNS, changements des contacts, emails.

Pour réserver un nom de domaine européen francophone (fr, be, eu,…), choisissez un Registrar européen. Je vous suggère OVH si le whois privacy est important pour vous. Si pas important, Bookmyname est le moins cher. Bien entendu vous pouvez aussi y réserver les noms génériques (com, net, org, etc).

OVH propose avec votre nom de domaine un pack de 2 giga qui ne sert à rien pour un site dynamique mais peut héberger un site web statique sans souci. Genre un petit site vitrine en html. Et aussi la possibilité de recevoir des fax. Commercialement et techniquement je n’ai pas vu mieux en France. Autrement dit, pour 8 euro par an, vous n’avez pas besoin d’hébergement pour un site statique.

QUELQUES REGISTRARS POUR VOS NOMS DE DOMAINE

Prix basé sur les extensions génériques (com, net, org…), hors promos temporaires et TTC. Pour les extensions européennes, pas trop le choix si on veut éviter un prix exorbitant.

Avec whois privé:

MYHOSTING 6,32 € (américain) 11,17 FR

OVH 7,16 € à 8,36 € (français) +2G espace hébergement pour site statique

NETFIRMS 9 € (canadien)

FASTVISION 9,32 € (britannique)

NEXX 10,43 € (canadien)

AMEN 14,35 € (français) +2G espace hébergement pour site statique

Sans whois privé

BOOKMYNAME 7,16 €

PHPNUX 8,36 €

1&1 8,36 €

WESTHOST 9 € ou 6,83 €/an si vous payez dix ans d’un coup.

Ou 7,46 € si achat de 10 NDD et extension de la durée déjà achetée ailleurs.

Godaddy : Intéressant si vous achetez plus de 5 NDD dans les extensions génériques. A ce moment-là vous profitez du Whois privacy. Mais aussi de tarifs dégressifs.

Les hébergeurs américains : A considérer pour toutes vos extensions génériques : .com, .net, .org, .biz,.info et surtout si vous avez beaucoup de noms de domaine. Ils pratiquent des tarifs dégressifs.

Les hébergeurs européens : Beaucoup moins cher pour les extensions européennes.

ADDON DOMAINE

Qu’est-ce que c’est ? La liberté et la simplicité. Il s’agit de domaines compagnons. Il permet le multidomaines sur un même hébergement. A ne pas confondre avec le multisites, comme chez OVH, qui est une façon différente techniquement d’avoir plusieurs sites sur le même hébergement. Préférez toujours un hébergement qui offre le multidomaines et le Addon. Il vous permettra d’installer plusieurs sites web sur le même pack avec facilité et rapidité.

Puisque vous avez acheté votre nom de domaine ailleurs (au pluriel aussi), vous pouvez donc le faire pointer vers votre hébergement. Certains hébergeurs n’ont pas réellement de gestion en Addon mais permettent de faire la même chose. C’est techniquement (et commercialement) beaucoup moins souple mais possible. C’est ce qui est renseigné dans votre pack sous la forme « nombre de domaines ». Soyez vigilants sur ce point si vous comptez ajoutez plusieurs sites à votre hébergement. Les hébergeurs qui proposent le Addon ont une console un peu comme sur les serveurs dédiés, de type cPanel, WebMin ou Plesk, qui permettent d’ajouter en quelques clics vos NDD et donc d’installer ou transférer vos autres sites.

PANNEAU D’ADMINISTRATION POUR LES NDD

Sauf pour Bookmyname qui ne fait que ça, en général le panneau est celui d’un hébergeur… sans hébergement.

PANNEAU D’ADMINISTRATION DES HÉBERGEURS

Attention, ne confondez pas l’interface de votre compte chez votre hébergeur et la console d’administration technique. Bon, parfois il n’y a pas de distinction et c’est bien ennuyeux. Dans le genre, je déteste l’interface chez phpNux et OVH. Elle sont peu intuitives, il faut cliquer à mille endroits pour trouver son chemin. Et une fois trouvé, ça reste compliqué. Je ne parle même pas de Amen (une pure catastrophe, je dirais pire si je ne devais me soucier d’un procès pour diffamation). Celle de 1&1 est non conforme mais convient bien aux néophytes qui la trouvent facile. Celle de Infomaniak est précise et originale. Celles de tous les hébergeurs américains et canadiens fonctionnent en mode cPanel, ce que j’apprécie énormément pour la clarté et la gestion complète sur tous les plans. Mais les néophytes n’aiment pas ça car c’est plus « technique ». L’interface client est en anglais, mais le cPanel peut être en français. C’est le cas de Maven, sauf que chez eux elle n’est pas complète, on a pas accès à toutes les options pour faire du développement, ce dont les utilisateurs lambdas se fichent royalement. Mais tout ça, si c’est seulement pour gérer un nom de domaine, passez outre mes remarques car tout ce que nous avons à gérer ce sont les DNS.

COMMENT AJOUTER UN NOM DE DOMAINE EXTERNE CHEZ SON HÉBERGEUR

1) Acheter (enregistrer) un nom de domaine chez un Registrar (ou un hébergeur).

2) Attendre le mail de confirmation pour se connecter.

3) DNS (système noms de domaine) : Retrouvez le mail de votre pack d’hébergement (pas celui du domaine donc) pour avoir les données techniques. Si vous ne l’avez pas encore fait, notez tout sur une grande feuille. Cherchez là-dedans les deux lignes qui renseignent vos DNS. Si vous l’avez égaré, connectez-vous chez votre hébergeur et cliquez sur la gestion des noms de domaine puis cliquez sur DNS. C’est l’adresse physique du serveur de votre site. Il faut dire à votre nom de domaine où il se trouve.

4) Connectez-vous (dans un autre onglet de votre navigateur) chez le Registrar ou l’hébergeur chez qui vous venez d’acheter votre NDD. Trouvez la partie DNS. Il y a deux lignes, un serveur primaire, un serveur secondaire. Insérez les deux lignes au bon endroit (le DNS primaire pour le serveur primaire, le DNS secondaire pour le serveur secondaire). Dit comme ça vous êtes effrayés, mais c’est vraiment tout ce qu’il y a à entrer. Maintenant votre Registar sait où se trouve physiquement votre ou vos sites web.

5) Chez votre hébergeur (où se trouve votre hébergement), on va ajouter un site web, votre nom de domaine. Cliquez sur Addon Domaine ou Domaine compagnon. Entrez uniquement le nom de domaine, sans le http ni www. Par exemple lashon.fr est mon nom de domaine. En principe le reste est automatique… Il faudra choisir un mot de passe, qui correspond à l’accès FTP. Le site web est visible dans un sous-dossier du même nom dans public_html. Notez que votre site web principal se trouve toujours directement dans public_html, ce n’est pas possible ou souhaitable de changer ça. Tandis qu’un site ajouté est dans un dossier.

Exemple : j’achète un hébergement avec un nom de domaine gratuit, lashon.net. Il se trouve dans public_html. Je m’en fiche complètement, je ne l’utilise pas pour le moment. Mon blog est lashon.fr. Je clique sur Addon, j’entre lashon.fr qui se retrouvera dans le dossier public_html/lashon.fr. Ne mettez rien dans www si vous voyez que vous avez aussi un public_html. Le dossier www ne convient que pour les panneaux qui n’ont pas de Addon, comme chez OVH et 1&1. Je peux ensuite faire pointer mon nom de domaine gratuit vers le dossier lashon.fr, voire vers un autre … hébergeur.
6) Attendre quelques minutes à 24 heures selon l’hébergeur, pour la propagation des DNS. (Deux minutes à quelques heures chez Westhost, et de 4 h à 24h ailleurs…)

Chaque site web et nom de domaine possède ses propres données techniques : FTP, mot de passe, base de données etc. Tout est plus clair.

Bon, on peut donc ajouter autant de sites web que l’on veut, pour autant que vous ayez la place qu’il faut et que la somme de tous vos sites web n’excède pas en consommation de charge ce que votre hébergeur permet. Mais ce qu’il y a de bien avec un Cpannel est qu’il y a un endroit pour le vérifier. Bref, vive les hébergeurs qui vous offrent un Cpannel et le Addon (la plupart des hébergeurs américains et canadiens). Si vous en connaissez d’autres parmi les européens, témoignez, merci. Je parle du mutualisé bien sûr, sinon ça va de soi.

Et ailleurs ? S’il n’y pas de Addon ?

La procédure ressemble mais n’est pas automatique. Mettons, pour exemple que votre hébergeur soit 1&1 et vous avez un pack qui inclut votre nom de domaine. Vous souhaitez migrer votre nom de domaine chez OVH en laissant votre site chez 1&1. Ou bien vous voulez ajouter un nom de domaine à votre pack chez 1&1. Donc vous achetez le nom chez OVH. Chez votre hébergeur 1&1, si vous cliquez sur votre nom de domaine, à la partie DNS vous voyez ceci :

Serveur DNS Primaire : ns61.1and1.fr (et IP 195.20.224.158)

Serveur DNS Secondaire : ns62.1and1.fr (et IP : 212.227.123.79)

Il faut donc simplement récolter les DNS renseignés chez OVH où se trouve désormais votre nom de domaine. Soit quelque chose du genre : dns10.ovh.net et ns10.ovh.net.

Vous retournez chez 1&1, à gestion de domaine. Si vous n’avez pas encore ajouté le nom, il faut d’abord le faire en refusant évidemment le transfert. Une fois qu’il apparait dans la console, vous cliquez sur modifier les DNS. Dans le serveur primaire vous indiquez le dns du serveur primaire chez OVH, et dans le serveur secondaire le serveur secondaire… C’est tout, absolument tout.

QUE FAIRE SI JE POSSÈDE UN NOM DE DOMAINE AU MÊME ENDROIT QUE MON HÉBERGEUR

Trouvez un Registrar qui vous convienne et faites un transfert vers celui-ci. Ensuite faites comme ci-dessus, renseignez là-bas les DNS de votre hébergeur. Pour tout transfert de domaine, vous aurez besoin du code d’autorisation. Il commence par le nom de votre hébergeur suivi d’une série de chiffres. Selon la compagnie de votre hébergement, ce code est renseigné directement dans les coordonnées de votre nom de domaine à la section DNS, ou il faudra le demander par mail. Notez qu’au moment de l’achat vous pouvez directement entrer les DNS de votre hébergeur, ce qui vous permet d’éviter une coupure d’accès à votre site. Mais attention, la procédure est ultra simple ssi vous respectez un certain ordre comme suit.

Pour un transfert de nom de domaine sans migrer votre site web :

Trouvez le code d’autorisation du NDD. Achetez le NDD chez un autre Registrar. Laissez-le d’abord le créer dans son interface, attendez le mail de confirmation d’achat avec les données techniques. Ensuite seulement, connectez-vous (une demi-heure après max), cliquez sur la gestion des DNS et renseignez ceux de votre hébergeur. Ainsi, vous vous fichez du temps que ça prend, les DNS sont d’ores et déjà paramétrés vers votre hébergeur actuel et il n’y a pas de coupure.

EN RÉSUME

Achetez votre ou vos noms de domaine ailleurs que dans votre pack d’hébergement.

Ajoutez vos domaines chez votre hébergeur.

Garez le nom gratuit, ou utilisez-le comme espace test, ou faites le pointer vers votre site principal.

Si c’est trop tard, transférez votre nom de domaine principal ailleurs.

Si vous possédez beaucoup de domaines à faire migrer genre plusieurs dizaines voire une centaine, profitez des formules dégressives comme chez Westhost ou Godaddy (par exemple).

Ais-je oublié quelque chose ?

A suivre, la conclusion pour un hébergeur idéal avec WordPress.Si vous voulez participer à cet article j’en serai ravie. Écrivez moi vite.

LIRE

Dossier Hébergeurs (4) : Checklist avant d’acheter un hébergement

Dossier Hébergeurs (4) : Checklist avant d’acheter un hébergement

Posted on 13 janvier 2011 in Internet | 14 comments

Cet article fait suite à  Hébergeurs et Noms de domaine: bien choisir et s’en protéger (3)

Partie III – Conclusion

  1. Quel hébergeur pour WordPress
  2. Quelques histoires d’hébergeurs

9) Points à vérifier

cheklist

Idéalement, il vous faut réponse à toutes ces informations.

Certains ne seront jamais affichés dans les offres commerciales, demandez-les par écrit.

  • L’hébergeur possède-t-il son propre data center ou fait-il de la sous-traitance ?
  • Pouvez-vous installer et gérer votre nom de domaine acheté ailleurs ? (n’utilisez pas celui qui est inclus dans le pack)
  • Si oui, sous quel forme ? Add-on domaine, gestion DNS, Multi-domaines ou Multisites (préférez le Addon domaine, vous êtes libres et c’est plus facile)
  • Combien de sous-domaines ? Quel prix pour les supplémentaires?
  • Prix de l’hébergement ? HT ou TTC, mensuel ou annuel, si promo combien après la promo ?
  • Durée de l’engagement (en particulier si promotion, il y a toujours des clauses qui annulent le remboursement si pas satisfait)
  • Où est le data center ? Dans le même pays ? (vous pouvez volontairement choisir un serveur situé très loin pour un nom de domaine international ou dans une autre langue)
  • Information disponible sur le site quant aux derniers incidents techniques (transparence d’information)
  • Procédure en cas de changement vers un plan inférieur ?
  • Gratuité ou prix du support (HelpDesk)
  • Disponibilité du support (7j/7 ou fermé le WE)
  • Taille de l’Espace-Disque – Quel prix pour de l’espace supplémentaire ?
  • Messagerie (combien, taille, quoique une grande taille ne sert qu’aux grandes entreprises et services publics…)
  • Quelle interface technique ou panneau de contrôle (aucun, élaboré par l’hébergeur, cPanel, autre, voir leur interface démo)
  • Trafic maximal autorisé mensuellement
  • Bande passante réelle allouée, limites en ressources serveur CPU (en % ou en MB)
  • Taux de hits par heure et mensuel permis
  • Vitesse, quel temps de réponse pour accéder à votre site ?
  • Accès FTP (indispensable pour gérer vos fichiers)
  • Combien et taille des Bases de données MySQL (indispensable pour les sites dynamiques) – Quel prix pour des bases supplémentaires?
  • Limite en taille de fichier en téléversement (upload) ou téléchargeable? Nombre de fichiers ?
  • Linux ou Windows (choisir Linux)
  • Url-rewritting est-il possible ? Et comment est-il exécuté ? (indispensable pour WP)
  • Quel langage utilise le serveur et comment est-il interprété ?
  • Quel taux de disponibilité (uptime de 99,98% minimum, soit une dizaine d’heure indisponibles par an, 99% c’est déjà 4 jours d’indisponibilité sur l’année)
  • Limites des ressources du serveur (elles sont nécessaires, mais voir combien dans les CVG ou demander)
  • Quel est le nombre maximal de requêtes SQL simultanées (calculer ses besoins selon nombre prévu de vos visiteurs connectés en même temps)
  • Limite de transferts FTP ?
  • Offre en option d’un certificat SSL (Secure Sockets Layer) pour votre boutique en ligne ? A quel prix ?

10) Quelle formule choisir ?

– Si vous n’avez besoin que d’un site vitrine en HTML, non dynamique (pas de CMS), pour y présenter une vingtaine de pages ou votre CV, nul besoin d’un pack. Prenez un nom de domaine, par exemple chez OVH qui propose un peu d’espace web associé, cela vous donne accès à 2 giga de place. Bien suffisant pour ce genre de mini site. Les prix de réalisation d’un vitrine sont moins importants que pour un site dynamique.

– Pour un petit blog ou plusieurs blogs/sites de particuliers : le mutualisé convient parfaitement, pas la peine d’investir dans un gros pack ou dans une formule illimitée. Prenez un pack de base ou moyen, choisissez si vous voulez gagner de l’argent (à condition que votre blog soit fréquenté un minimum de 200 visites par jour pour que ça serve à quelque chose). Faites marcher la concurrence et les promos. Ceci inclut les hébergements américains ou canadiens : 1and1, PhpNux, WestHost, OVH, HostPapa, Bluehost, JustHost, o2switch, Infomaniak, GoDaddy, etc. Si vous êtes très néophyte, donnez la priorité à l’hébergeur qui offre un bon support. Si vous vous débrouillez bien, presque tous les hébergeurs se valent, à condition que vous teniez compte des précautions décrites dans le chapitre suivant.

– Pour un blog moyen de professionnel, évitez les risques et les offres trop concurrentielles des grand hypermarchés de l’hébergement. Investissez un minimum et choisissez plutôt en fonction d’un excellent support et de la proximité du data center (français si vous êtes en France, US si vous démarchez en anglais, Espagnol si vous démarchez dans cette langue et vers ce pays, etc).  Investissez également dans la formation par un prestataire qui vous expliquera les erreurs à ne pas commettre : Infomaniak, o2swich, Westhost, OVH en dédié, Nuxit etc. Éventuellement, faites affaire avec une société ou un indépendant qui a le même développement que vous. C’est le mieux pour marcher main dans la main et échanger vos services et intérêts sans surcouts.

– Pour des besoins plus pointus, si vous avez beaucoup de sites et noms de domaine, si vos sites sont amenés à consommer d’imporantes ressources, si vous n’avez qu’un seul site mais qu’il sera très fréquenté (plus de 5000 visites/mois) : prenez le temps de vous informer avant de choisir. Demandez conseil ici et là sur des forums spécialisés. Prenez le temps. Il faudra très certainement considérer le choix d’un serveur dédié ou d’un serveur virtuel plutôt que du mutualisé.  Ceci est aussi valable si vous gérez du multi-sites en wordpress et/ou Buddypress (forums et groupes, fonctions communautaires, plateforme de blogs, radio, réseaux…).

– Si vous détestez la technique, voyez un indépendant pour souscrire un contrat tout-en-un.

Évaluez vos besoins réels pour choisir votre hébergement adéquat.

Le trafic mensuel minimum nécessaire est directement proportionnel à :

  • Nombre de pages vues par chaque visiteur
  • Taille en ko de chacune des pages
  • Nombre de visiteurs par jour
  • Transfert FTP (entrant et sortant)
  • Nombre + taille mails envoyés et reçus.

Si vous installez Buddypress ou un site communautaire comme un forum, ajoutez le poids de tous les avatars , fichiers joints, messagerie interne, pages générées.

Coté mémoire de scripts, il faudra que ça tourne, donc n’envisagez pas Buddypress ou du communautaire sur un mutualisé, à moins qu’il ne soit pas ou très peu fréquenté. Au début ça ira très bien, quand il n’y a personne… ensuite boum boum. Si vous commencez à ne plus pouvoir ajouter un plugin ou un thème sans devoir désactiver tous les autres, ou impossible de mettre à jour votre CMS automatiquement, c’est le signe annonciateur du couperet de votre hébergeur. Mais si c’est le cas dès le départ alors que votre site est vide, râlez et demandez à être migré sur un autre serveur. Votre hébergeur est quand même tenu au minimum.

Exemples:

a) Admettons 100 visiteurs par jour, une moyenne de 10 pages web vues par chaque visiteur. Le poids de vos pages web ont une taille moyenne de 50 Ko par page (page couleur blanche, une image). Trafic mensuel minimal nécessaire est : 100 visiteurs/j x 10 pages/internaute x 50 ko/page = 1.45 Go/mois.

b) Même chose mais vos pages web sont lourdes (vidéos, photos plein écran ou beaucoup d’images lourdes, musiques, lourd design coloré). Disons 100 Ko (ce qui est peu) : 2,9 G/mois.

c) Votre site est conçu léger mais bien fréquenté avec 1000 visiteurs/mois pour une moyenne de 10 pages vues/internaute : on tourne déjà à 15 G/mois de trafic.

d) 5000 visiteurs/jour, 20 pages vues/visiteurs, taille moyenne de 50 ko par page vue, bingo à  145,4 Go de trafic mensuel.

e) Vous êtes gros consommateur d’animations flash, d’images, de vidéos, musique et vous animerez un blog ou une boutique qui comptera beaucoup d’utilisateurs en ligne en même temps. Comptabilisez tout ça, on peut arriver à dans 800 G/mois

Entre le site vitrine qui ne consomme rien un blog de particulier sans flaflas, une petite PME qui va tourner autour de 20G et un site de Geek ou populaire…

Sachez enfin que tous les hébergeurs ne sont pas seulement des commerciaux, il y a encore des gens passionnés et qui aiment leur travail. Écrivez, téléphonez et posez leur vos questions si vous n’arrivez pas à évaluer vos besoins. Mais soyez précis… Multi-sites n’est pas un gros site, Buddypress n’est pas ‘beaucoup d’inscrits’, petit forum, gros forum, site portail, petite ou grosse boutique, etc.

11) EN CAS DE LITIGE ET PRÉVENTION

En cas de litige avec un gros hébergeur, c’est l’histoire de David contre Goliath. Bataille serrée et quasi perdue. Sauf si vous avez pris quelques précautions dès le départ. On perdra peut être la guerre mais pas toutes les batailles. N’attendez pas d’entrer en litige ou de voir votre site bloqué, prenez quelques précautions.

Solution préventive: achetez votre nom de domaine principal chez un Registar indépendant de votre hébergement et faites régulièrement des sauvegardes de vos dossiers et de vos bases de données. Utilisez le nom de domaine gratuit du pack comme espace de tests ou garez-le, ou faites-le pointer sur le domaine principal. Ainsi, en cas de litige avec votre hébergeur ou de blocage total de votre site, vous avez tout en main pour migrer votre web ailleurs en quelques heures. Particulièrement crucial si vous êtes un professionnel indépendant. Si c’est trop tard et que vous avez déjà tout acheté, vous pouvez migrer vos noms de domaine ailleurs. Il suffit seulement d’entrer les DNS de votre hébergeur chez le Registar. Au pire votre blog perdra une journée en ligne, pas plus.

Si votre site, encore vide, ne tourne pas bien dès le départ, mettez l’hébergeur en demeure. Il est tenu à une obligation de service. Trop fréquemment j’effectue des installations pour des clients sur un hébergement qui rame alors qu’il n’y a encore rien dessus (par définition). Dans ce cas vous êtes endroit de réclamer. Envoyez un courrier.

Enfin, lisez les quelques points de cette avocate spécialisée , cela répondra peut être à quelques questions : Murielle Cahen, dossier Droit et Internet.

J’essaierai d’étoffer cette rubrique « litiges » dans des articles à venir. Si vous connaissez de bons liens, partagez-les.

« Faites ce que je dis, pas ce que je fais »… Hélas, l’hébergement de ce blog n’est pas distinct de mon nom de domaine. J’effectuerai sous peu la démarche, mais voilà, mes conseils sur ce point ne sont pas encore appliqués.

LIRE

Dossier Hébergeurs (2) : Les offres du tout illimité en mutualisé

Dossier Hébergeurs (2) : Les offres du tout illimité en mutualisé

Posted on 9 janvier 2011 in Internet | 14 comments

Cet article fait suite à Hébergeurs et Noms de domaine: bien choisir et s’en protéger (1)

 

3) LE « TOUT ILLIMITÉ » EN MUTUALISÉ

multipass

L’hébergement illimité est-il un multipass ?Oui pour certaines configurations, tout le contraire pour d’autres cas.

Cette formule n’existe que chez les hébergeurs américains et un hébergeur français (o2switch). Les autres déclinent plus ou moins certaines options en illimité, qui en pratique s’annulent par les restrictions imposées de base. Comment est-elle possible commercialement ? Parce que la majorité des abonnés n’utilisent que peu de ressources, aussi bien en terme d’espace web que de mémoire consommée (les scripts et plugins mis en place) ou de bande passante (la fréquentation de votre blog et le poids de vos pages), laissant ainsi de la place à d’autres plus gourmands. L’un dans l’autre ça marche.

C’est une formule attirante et qui offre de réels services si nous avons besoin, par exemple, d’installer plusieurs petits sites dynamiques (CMS), donc plusieurs bases de données et une dizaine de noms de domaines, voire plus, sous forme de Addons. Dans ce cas ce genre de formule est adaptée. Mais, comme dit plus haut, le terme ‘illimité’ est… limité. Il n’existe aucun hébergeur qui ne limite pas son « illimité ». Pas uniquement pour des raisons commerciales, mais parce que techniquement ce n’est pas possible. Pour que nos sites soient aisément accessibles et tournent bien, un bon hébergeur DOIT limiter les ressources des personnes qui partagent un serveur.

Prenons l’exemple de cet hébergeur français, o2switch, seul à appliquer sur l’hexagone la formule américaine. L’offre marque partout illimité (pour 72 euro/an). La lecture des CGV (oui, disponibles tout en bas de la page, c’est obligatoire d’un point de vue légal) nous renseigne que :

Dans le cadre d’un hébergement web mutualisé, le client s’engage à respecter certaines règles pour le bien de chacun.
Afin d’éviter la saturation des serveurs, vous ne devez pas :
– Faire fonctionner tout processus demandant plus de 42Mb de mémoire vive, plus de 90 secondes consécutives d’utilisation du CPU, ou utilisant plus de 30% de toutes les ressources système, n’importe quand.
Généralement, le client est prévenu de la surconsommation sans que son site ne soit désactivé. Cependant, o2switch se réserve un droit de suspension immédiate et sans préavis si celui-ci met gravement en danger la stabilité des installations.

Nous voilà prévenus. Pas plus de 42MB durant une minute et demie. Est-ce une arnaque ? Non. Ce sont les règles propres au Mutualisé. Un serveur partagé par les clients. La majorité des utilisateurs y trouveront leur compte. Même, o2switch annonce clairement un chiffre, là où d’autres laissent ce chiffre dans le vague, alors qu’il sera certainement identique, voire plus restrictif. Le mutualisé ne pourrait pas tenir la route sans ces restrictions. Ce n’est pas une arnaque, juste une contrainte technique, donc commerciale. Commerciale, puisque chaque hébergeur va tenter de pousser un maximum de clients sur un même serveur. Mais combien ? Aucun ne l’affichera. Et pour cause, puisque tout dépend de la nature des blogs des clients. Et une question de chance aussi.

Somme toute, on peut très bien héberger dix petits sites tranquilles sur un « illimité » ou un pack non « illimité » mais moyen, si ces blogs sont peu visités ou de taille basique (une majorité, en fait, ne dépassent pas 2000 articles et 1000 visiteurs par mois, ce qui est déjà un beau score pour le blogueur lambda). Parfait aussi pour des sites vitrines et un blog courant développé en CMS. Ou 4-5 blogs sous WordPress, ou Joomla bien gérés et correctement dosés. Même beaucoup plus que ça. Encore une fois tout dépend de la gestion. J’entends par bonne gestion, des blogs dont les propriétaires ne pratiquent pas la boulimie aveugle de plugins lourds et qui s’occupent de leurs blogs. Il n’est pas rare d’entendre des SOS pour un seul blog sur l’hébergement, mais qui inclut 30 plugins à forte consommation (la plupart des plugins marrants et gadgets sont gourmands, genre ceux qui permettent de savoir qui est en ligne, les plugins de stats, tous ceux qui font appel à une fonction extérieure). Il faut raison garder. Optimiser son blog, gérer les pertes de sa base de données, lever le pied sur les plugins inutiles ou gadgets, etc. Bref, savoir un peu ce que l’on fait.

Donc voilà, pour certains blogueurs connaisseurs mais raisonnables, la formule en illimité sera pertinente. Mais pour la majorité des particuliers, qui n’ont qu’un seul ou deux petits blogs amenés à grandir en visiteurs et en taille, elle ne sert à rien. Il vaut mieux calculer ses besoins. Par exemple, si vous avez besoin d’installer Buddypress ou un forum, et que vous obtenez le résultat de fréquentation escompté, les ressources du serveur nécessaires pour le faire tourner sont importantes. Une limitation à 42MB comme chez o2switch ou ailleurs sera nettement insuffisante. Mais si au contraire vous avez plein de petits sites de taille modeste à héberger, un tout « illimité » avec ses offres en Addon domaines est idéal car cela vous évitera le complexe multidomaine (chez ovh) et la multiplication de packs.

4 ) FINANCER SON ABONNEMENT PAR LA PUB

Au bénéfice de certains blogueurs, on peut aussi choisir en fonction de la présence d’un système d’affiliation qui génère des sous. Les bannières publicitaires de votre hébergeur permettent, bien souvent, de vous faire gagner le prix de votre pack. C’est mon cas pour ce qui concerne 1and1. Ce n’est pas à négliger, surtout si c’est votre première fois ou que vos poches sont vides.

Il y a la question des promotions et des bonus. Tout est bon pour attirer le client. 1and1 est le plus fort dans ce registre. il offre régulièrement des packs de base gratuits pendant un an. Couplé avec une bannière publicitaire, vous ne payez rien durant… deux ans. Il y a aussi Infomaniak et PhpNux qui offrent régulièrement ou de façon permanente, de reprendre votre hébergement à ses frais. Autrement dit, vous pouvez changer d’hébergeur, vous serez soit remboursé, soit la durée de votre ancien contrat sera reportée sur votre nouvel abonnement.

L’abonnement en Mutualisé convient à l’immense majorité des particuliers et petites entreprises. De par son prix d’abord et parce qu’il ne servira à rien de s’offrir un Cloud ou un VPS pour un ou quelques blogs de taille moyenne. Mais le Mutualisé, ça veut bien dire ressources partagées. Partage donc limites. Et c’est la nature de ces limites qui font les variantes des packs et des hébergeurs. Par exemple s’il vous offre de gagner de l’argent en faisant sa pub, ça à un coût qui est répercuté sur votre hébergement. Un peu comme le marketing d’une grande marque de yaourt. On paie pour la pub de son yaourt, son emballage design, sa renommée, avant même de payer pour l’aliment en tant que tel.

5) SUSPENSION DU SERVICE POUR DÉFAUT DE PAIEMENT

Certaines personnes s’étonnent qu’à la suite d’un défaut ou retard minuscule de paiement, leur site ont été bloqué. Pourtant, les CGV chez tout hébergeur sont très claires :

En cas de défaut de paiement, y compris par annulation ou répudiation de son paiement en ligne, par le Client d’une commande de service, l’hébergeur se réserve le droit de suspendre le service jusqu’au complet paiement du prix dans un délai raisonnable, puis à l’issue dudit délai, de résilier de plein droit le présent Contrat.

Hé! oui. C’est un commerce, pas un service public ou social. Et pourtant ce n’est pas légal. Dixit une clause lue sur un blog d’une avocate spécialisée Internet (j’essaierai de retrouver la source).

(à suivre)

LIRE

Dossier Hébergeurs (1) : Hébergeurs et Noms de domaine: bien choisir et s’en protéger

Dossier Hébergeurs (1) : Hébergeurs et Noms de domaine: bien choisir et s’en protéger

Posted on 8 janvier 2011 in Internet | 15 comments

Web Hosting dollars

Un hébergeur, c’est d’abord un business. Plus de clients on peut serrer sur un serveur, mieux c’est.

Quel hébergeur choisir ? Pourquoi mon hébergeur bloque mon site ? Je viens d’acheter un hébergement et c’est lent ! Mon hébergeur refuse de me laisser partir ou récupérer mon blog, comment récupérer mon nom de domaine après litige et où l’acheter ?… Fameuses questions qui reviennent sur tous les forums et dans la bouche de mes clients. Elles sont épineuses et méritent réflexion. Voici un mini dossier de 5 articles consacrés au sujet pour bien choisir et adopter dès le départ des solutions préventives pour préserver votre portefeuille et vos sites.

PARTIE I – LES PLANS D’HÉBERGEMENT DE SITES WEB ET BLOGS

Il y a ce qui est annoncé et ce qu’on peut comparer. Nous voulons tous un bon support et le plus de services possibles : bande passante, trafic, nombre de bases de données, taille de l’espace web, nombre de noms de domaines que l’on peut héberger, noms de domaine inclus gratuitement, noms de domaines et nombre de sites possibles à ajouter au plan d’hébergement, etc. Le nec plus ultra, tentant, est le mot et la formule “tout illimité”. Bon, on peut lire et faire son choix. Mais ce qu’il faut absolument vérifier est précisément ce qui est rarement renseigné : la politique appliquée en cas de sur-utilisation et la limite des hits. Nous verrons que l’offre réelle ne correspond jamais à la pratique et que nous n’avons pas totalement le choix à ce sujet. Si ce n’est de sagement décider suivant la formule qui convienne le mieux à nos besoins et nos projets Web, bien plus que selon réputation ou la pub affichée. Et ces besoins, il faudra les définir et les projeter à long terme. En général, on a tendance à se précipiter sur tout ce qui peut paraitre grand et illimité : espace-disque, trafic. Alors que la majorité des futurs propriétaires de sites n’ont en réalité absolument pas besoin d’un grand espace disque ni d’un large trafic. Mais d’une bonne réactivité et capacité mémoire des scripts, oui. Et surtout d’un serveur bien configuré.

Se pose aussi la question de ses noms de domaine. A moins de n’avoir qu’un ou deux blogs très modestes, je conseille de séparer l’achat de nom de domaine de son hébergement. C’est un chapitre en soi, donc un article lui sera dévolu.

1) INTRODUCTION – QUELQUES DÉFINITIONS

La bande passante illimitée, ça n’existe pas! Le bandwith traduit la quantité de données transférées vers le serveur, donc elle dépend du poids de vos pages et du nombre de visites effectuées. Étant donné que l’hébergeur paie aussi ce que vous consommez, puisqu’il le consomme lui-même, la bande passante ne peut, par définition, être gratuite. Mais alors pourquoi nous le proposent-ils ? C’est ce qu’on appelle l’overselling.

L’Overselling est une technique de marketing qui vend au-delà de ses capacités. On vend de l’espace-disque ou de la bande passante durant une période non arrêtée au travers de plans promotionnels d’hébergement. Autrement dit, l’hébergeur propose plus que ce qu’il ne peut offrir en réalité en terme de bande passante et/ou d’espace-disque. C’est un jeu de poker. Il parie sur le fait -bien réel dans certains cas, que la grande majorité utilisera seulement une portion de son quota alloué. Non, hélas, ce n’est pas illégal. Sauf que, si l’ensemble des clients utilisent soudainement l’entièreté de leur quota réel en espace-disque ou bande passante, le serveur ne sera plus capable de répondre, mettant en danger ses installations.

Conséquence : il sera demandé au client de passer au pack supérieur, avec la fameuse sentence de saturation en mémoire scripts. On vous demandera parfois de passer d’un petit pack mutualisé à… un serveur dédié, multipliant les prix de l’abonnement par dix ou vingt. La politique commerciale, sur ce point, peut aller d’un simple avertissement au blocage complet du service, prenant en otage le ou les sites du client. C’est précisément contre cette pratique que je vous propose de vous prémunir.

Le Hit: requêtes HTTP que le serveur reçoit durant une certaine période de temps. On ne parle plus ici de quantité transférée en octets mais du nombre de fichiers transférés à l’utilisateur. Ceci est particulièrement important pour les sites dynamiques (notamment pour les CMS du type Spip, WordPress, Joomla, Drupal etc). Chaque élément de votre page Web est un hit : une page html, une image, la feuille de style qui l’accompagne pour déterminer son design (CSS), un script (javascript). La page Web d’un Blog WordPress, par exemple, va contenir en général 8-9 images (au moins), un script, le css, la partie html. Et ça coute donc une douzaine de hits. Certains hébergeurs imposent une limite en hits par heure ou par jour dans leurs packs. Plutôt que baver sur un grand espace disque, vérifier la limite sur le nombre de hits avant de choisir l’hébergeur est donc primordial. Vous trouverez rarement une information sur le nombre de hit permis. Avant d’acheter, posez la question! Par écrit, évidemment, et conservez ce mail précieusement.

La charge du serveur détermine la disponibilité des opérations sur vos sites. Ce qui l’affecte c’est justement le nombre de sites qu’il inclut et les ressources consommées. Le mutualisé partage un serveur pour plusieurs clients. Combien ? Là est la question. Plus il le partage, moins c’est performant.

L’espace-disque est la quantité, en Gigaoctet ou Mégaoctet qui vous est alloué. On la veut grande alors qu’elle est très relative. 1024 Mo c’est 1 gigaoctet (Go). Une page web statique occupe en moyenne 10 Ko. Donc on pourra mettre en ligne, sur un aussi petit espace que 50 Mo, entre 500 à 5000 pages web.

Le nombre de requêtes MySQL simultanées est importante pour absorber un grand nombre de visiteurs exécutant au même moment une requête. Cette limite est restreinte par l’hébergeur, sinon on obtient une erreur d’accès « Too many connections ». La taille de cette limite varie selon le prix du pack.

Le trafic est la quantité de données mensuelles transférables par les internautes depuis un site web.

Hébergement mutualisé (shared hosting): où tout est en partage. Donc le moins cher des hébergements. Les sites web des clients se partagent l’espace-disque total, la bande passante et les ressources du serveur. L’espace-disque total du serveur est divisé en petites portions et vous louez une portion.

L’hébergement dédié (dedicated web hosting) est un serveur non partagé, pour soi tout seul ou son entreprise, et que l’on loue tout entier afin d’y installer ce que l’on veut comme on veut. Indispensable pour y stocker des sites web très occupés et très consommateurs en trafic, ou ceux qui ont besoin de plus de 10% des ressources du serveur (entreprises, plateformes de blogs, site à succès…). Le hic est que son administration est réservée à une personne compétente. Il faudra soit se former sur le tas et s’y consacrer, soit louer des services d’info-gérance. On parle de 70 à 200 euro/mois…

L’hébergement en serveur privé virtuel : VPS (Virtual Private Server) : location d’une tranche d’un serveur dédié. Pas de souci de configuration comme sur un dédié.

Maintenant, étudions la chose point par point :

2) LA POLITIQUE DE SUR-UTILISATION

A lire généralement en petits caractères dans les CGV (conditions de vente). Hélas, la plupart du temps cette politique laisse le client à la merci de leur hébergeur. Car le plus souvent elle se  résume à une formule vague, dont l’interprétation reste à leur seule discrétion. Voici des clauses prises chez divers hébergeurs (j’ai remplacé les noms par Machin) que vous retrouverez en fait partout :

« Le Client s’engage à éviter que la conception et la consultation de son site Internet entraîne une charge exceptionnelle des serveurs qui nécessitent une capacité de calcul important ou qui nécessitent un espace de mémoire important« .

« L’hébergeur Machin s’engage à veiller à ce que chaque site hébergé dispose du minimum de ressources physiques pour lui permettre d’être accessible par Internet. Cette obligation a pour corolaire la mise en place d’un plafonnement de l’utilisation des ressources communes pour chaque site internet. Machin s’engage à veiller à ce que chaque site hébergé n’utilise pas de manière abusive les ressources mutualisées et réduise ainsi notablement les performances globales des hébergements. Machin se réserve le droit de prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour éviter ou limiter de tels abus,comme par exemple, limitation de requêtes, de trafic, limitation/désactivation de fonctions de programmation sensibles, sans s’y limiter ».

Le client s’engage à utiliser les ressources mutualisées avec toute la réserve et la retenue nécessaire. Notamment, le Client s’interdit de solliciter abusivement les ressources processeur, mémoire, disque ou réseau du Serveur Mutualisé. Par abus, il est entendu tout événement ou série d’évènements ayant un effet nuisible pour l’ensemble du Serveur Mutualisé et de ses sites hébergés.

Accepter dès lors que tout ou partie du service souscrit soit immédiatement mis hors-service.

Ne pas abuser des ressources dites « illimitées » mises grâcieusement à disposition par Machin. Il est bien entendu que le sens du mot « illimité » n’a qu’une portée toute relative et que Machin se réserve le droit de mettre fin à cette absence de limite dès lors que l’utilisation faite par le Client dépasserait le cadre de l’Hébergement Mutualisé.

Les termes exceptionnelle, important, abusif, plafonnement, effet nuisible, cadre de l’hébergement mutualisé, n’étant pas chiffrés ni chiffrables, ça veut bien dire que nous sommes soumis à la seule politique et décision commerciale, fluctuante par nature. Mais aussi aux moyens techniques de l’hébergeur et son succès.

Je ne saurai trop insister de vous coltiner la lecture des CGV avant tout achat de quoi que ce soit. Tapez control+F pour trouver la ligne qui concerne la « charge exceptionnelle des serveurs » ou la « saturation » dans les CGV et venez coller ces phrases en commentaire ici, je sais déjà qu’elles sont quasi toutes du même tonneau. Lisez tout ce qui concerne les « obligations du client ». Amis avocats et juristes qui passez par mon blog, on attend vos remarques et lumières.

En clair, si votre site consomme trop au gout de votre hébergeur, votre site sera soudainement inaccessible, y compris pour vous. Les plus gentils vous permettront d’aller voir ailleurs, les autres vous obligeront à migrer vers un plan beaucoup plus cher, même pour seulement récupérer vos données et votre site.

Ceci posé, avons-nous le choix, dès lors que ces clauses sont évidemment insérées chez (presque) tous les hébergeurs ? Oui. Comment ?

  • En prenant certaines précautions dont je parlerai dans les prochains billets.
  • En définissant précisément ses besoins, étant donné que le réel illimité en tout existe rarement en pratique, mais seulement sur l’écran, on choisira ses priorités.
  • En vérifiant la limite des hits
  • En s’informant sur la politique exacte en cas de sur-utilisation (réelle bande passante).
  • En magasinant les offres adéquates à nos besoins spécifiques.

Parenthèse : certains hébergeurs vous obligent, pour une fois à juste titre, d’indiquer votre Siret ou tout code légal d’entreprise, s’il y a lieu. Et au minimum un moyen pour vous contacter afin de ne pas obliger l’hébergeur à être l’intermédiaire en cas de réclamation contre vous. Or, trop de blogs négligent cette partie, qui est pourtant une obligation légale. Blogueurs, n’oubliez donc pas le formulaire de contact ou de livrer une adresse mail. Surtout si vous pratiquez une vente, aussi minuscule soit-elle.

(A suivre)

LIRE